Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Les poloïstes niçois au rendez-vous

Ecrit par Martial HESPEL

En championnat, l’ONN est en embuscade en Pro A Masculine et est le dernier club français en lice en coupe d’Europe. Nice, entraîner par Samuel Nardon (Photo) tient son rang de pilier du water-polo tricolore.

Mercredi soir à 20h00, Jean-Bouin sera le dernier bassin français à accueillir un match de coupe d’Europe cette saison. Marseille, Montpellier et Sète déjà éliminés, les Niçois de l’ONN sont les derniers représentants tricolores en Euro Coupe, la petite coupe d’Europe, derrière la grande Ligue des Champions. Mais, avec une lourde défaite lors des quarts de finale allers à Naples, 13-7, Nice n’a plus vraiment d’espoir de passer. « On nourrit beaucoup de regrets. Gagner là bas aurait été difficile, mais on s’est mis en grande difficulté pour le match retour. Passer relève de l’exploit. Il y a une très grande différence de niveau entre les matchs européens et ceux du championnat. Nous étions prévenus, mais on a pas été capable de contrôler le jeu. A ce niveau, à la moindre petite faute, tu te fais punir », explique, réaliste, l’entraîneur niçois Samuel Nardon à www.magsport06.fr.

Alors, même s’il parait improbable de voir Nice gagner avec un tel écart, le coach veut malgré tout s’imposer. « J’espère que l’on va entamer la rencontre dans cette optique, surtout à la maison. Il faut montrer qu’on est pas si loin et qu’on peut évoluer à ce niveau. » Pour l’occasion, pas de forfait, le groupe de l’Olympic Nice Natation est au complet. Quoi qu’il advienne, Nice avait pour objectif minimal les quarts de finale en coupe d’Europe. Validé.

« Capable de bousculer Marseille et Montpellier »

Ce match européen, Nice l’a parfaitement préparé samedi soir en s’imposant à domicile 13-3 face à Douai à l’occasion de la septième journée du championnat. Certains cadres ont soufflé et les jeunes ont eu du temps de jeu, à l’image d’Andrea De Nardi, 16 ans, auteur de trois buts. Mais les Niçois ont pris leur temps. Le tableau affichait 2-1 au terme du premier quart temps. « Aucun affolement. On voyait que ça allait le faire, qu’on avait beaucoup d’occasions, il fallait continuer à presser. Douai est une équipe très courageuse, qui ne lâche pas, mais à un moment donné nous avons pris le pas. » 

Ce match face à Naples sera également un nouveau test pour élever son niveau de jeu et prendre ses marques contre un rythme rapide car ensuite, le 17 janvier, il faudra aller affronter Montpellier, un tournant dans l’optique de l’attribution des places pour les play-offs. Mais Nice traîne toujours comme un boulet, sur le plan comptable, sa défaite de la première journée à Aix (11-9). « C’est une défaite qui a surpris tout le monde. Elle fait mal au compteur, mais nous préparions le premier tour de la coupe d’Europe qui arrivait la semaine suivante. Et puis, il y a des soirs comme ça où on peut faire tout ce qu’on veut et ça ne rentre pas. Nous avons été catastrophiques dans la finition. Mais au niveau du jeu, nous n’étions pas inquiets. D’ailleurs, on l’a vu avec la coupe d’Europe qui s’est bien passée, puis le championnat bien lancé. Alors oui cela fait mal de perdre trois points, mais personne n’est à l’abris. » 

Mais grâce à sa victoire contre Douai Nice reste au contact, dans ce championnat composé de dix équipes, du leader marseillais et de son dauphin, Montpellier. De plus, Nice possède un match en retard, à jouer à domicile face à Strasbourg. La date doit encore être fixée mais en cas de victoire, l’ONN sera vraiment dans le coup pour le titre, même si Nardon avoue la supériorité de Marseille. « Une grosse équipe, bâtie pour la Ligue des Champions, même si elle a été éliminée. Mais avec du travail, je pense qu’on est capable de bousculer Marseille et Montpellier, même lors des play-offs. » Il est à noter que Nice n’a toujours pas joué Marseille et Montpellier en championnat cette saison.

« La défense, c’est capital »

Pour jouer les toutes premières places, rester sur le podium, voir mieux, Nice pourra compter sur son cheval de bataille : la défense. Celle de l’ONN est la moins perméable du championnat et ce n’est pas un hasard. « C’était déjà le cas les années précédentes. C’est ma façon de faire. On ne peut pas être une grande équipe sans bonne défense. C’est un signal qu’il faut envoyer aux jeunes joueurs, c’est capital », détaille Nardon. En effet, ce groupe affiche une moyenne d’âge de 21-22 ans.

Après le départ de quelques joueurs durant l’été, Nardon est reparti cette année sur un nouveau cycle. « Notre but est de lancer les gamins, de réussir avec eux. On s’occupe bien de la formation, comme le club l’a toujours fait. » Nardon vient lui d’entamer sa cinquième saison sur la Côte d’Azur. « Il est certes toujours difficile de passer le cap à 17 ans. L’an passé, nous avons terminé un cycle en gagnant la coupe de la Ligue et allant jusqu’en demi-finale des play-offs. Cette année, même si on repart de moins bas, il y a de nouveaux jeunes. Ce début de saison est donc bon car l’ossature est restée. C’est la logique du club. Parfois on perd les meilleurs, mais je l’accepte. »

(Crédit photo : Magsport06)



Voir plus d'articles de la même catégorie