Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Les aventures de Fiona Ferro à Roland (n°1)

Ecrit par Martial HESPEL

A 17 ans, Fiona Ferro est 419e mondiale à la WTA et a obtenu une wild-card pour le tableau principal de Roland Garros. Pierre Bouteyre, son coach, peint le quotidien à Paris de la Valbonnaise licenciée au Nice LTC.

« Bonjour à tous,

Roland Garros 2014 c’est parti.

Alors voilà comment s’est passé notre première journée, jeudi, à la Capitale. Avion à 11h30 de Nice avec, à l’arrivée, un chauffeur de Roland et son petit écriteau Fiona Ferro. Et là tu réalises que tu es Main Draw du vrai tournoi de Roland – celui que tu voies à la télé – et que tu ne montes pas comme d’habitude pour les Championnats de France où évidemment personne ne t’attend. Il est 15 heures et le temps de poser les affaires à l’hôtel et nous voilà reparti au stade pour faire les accréditations. Bon, faire comme si tout était normal sauf qu’en cinq minutes tu croises David Ferrer, Fabio Fognini, Maria Sharapova etc… Tu pourrais même souffler les bougies du gâteau de Djokovic qui fête son anniversaire ! Ne pas avoir l’air d’être à Eurodisney, première étape pour Fiona.

Ensuite c’est le moment de prendre son casier au vestiaire sous le central – n°17 fétiche – et là encore quoi de plus naturel que de croiser Radwanska et ses copines en petite tenue ! Et là, la petite réflexion de la dame du vestiaire « mais on vous a jamais vu ici ? ». C’est un peu normal j’ai 17 ans et c’est mon premier Roland Garros :-).

Bref Fio a ensuite tapé une heure avec Alizé Lim à l’annexe de Jean Bouin qui comme son nom l’indique est l’annexe du club de Jean Bouin situé à cinq minutes à pied de Roland dans le bois de Boulogne ! On a croisé non pas ce que vous pensez 😉 mais plutôt des joueurs de boules et des joueurs de cartes installés tranquillement au milieu de l’herbe. Assez pittoresque et très sympa. C’est assez compliqué d’avoir un terrain à Roland sur le site parce qu’il y a les qualifs. Mais je pense aussi que quand tu t’appelles Roger ou Rafa c’est plus facile que quand tu t’appelles Fiona :-). Ensuite retour au stade, étirements, kiné – petite douleur au poignet – et fin du match de Jonathan Eysseric en live avec victoire à la clef en sauvant trois balles de match ! Trop bon !

On a voulu reprendre une voiture pour rentrer à l’hôtel mais là, c’était pas la bonne heure, à croire qu’ils s’étaient tous passés le mot pour rentrer en même temps. Donc retour à pied 🙂 à 20 heures. Repas à la pizzeria en face de l’hôtel même si ce soir on pouvait potentiellement aller à la soirée des joueurs qui avait lieu dans un club branché sous la Tour Eiffel. Même si Fio aurait été plutôt partante je crois que cela aurait fait un peu beaucoup :-). L’avantage quand il y a des soirées, c’est que du coup, le lendemain tôt, il y a moins de postulants :-). Donc on a eu un créneau sur le Suzanne Lenglen à 9 heures.On ne peut pas aller aux soirées et s’entraîner tôt. Nous on a choisi.

Donc demain journée encore assez dense. Entraînement à 9 heures, ensuite Fiona va chercher un sac d’affaires de son sponsor. Elle a droit à un sac à chaque tournoi du Grand Chelem. Suspens du tirage au sort en fin de matinée… On revient ensuite manger au stade, nouvel entraînement à 15h30 à l’annexe, étirements, puis le soir repas organisé pour toutes les Françaises qui sont dans le tableau final.

Voila, vous l’avez compris, le plus difficile pour Fiona c’est de perdre le moins de jus possible dans tout ça. Tout en profitant quand même de ce moment exceptionnel. Le but étant d’arriver quand même frais et dispo le jour J. En l’occurrence dimanche, lundi ou mardi puisque le premier tour du simple est étalé sur trois jours. La suite au prochain épisode ;-).

Pierre Bouteyre. »



Voir plus d'articles de la même catégorie