Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Les armes à la main »

Ecrit par Martial HESPEL

« C’est mon plus mauvais résultat sur le Tro Bro Léon alors que peut être je n’ai jamais autant réalisé une course aussi accomplie que celle là ». Les paradoxes du cyclisme. Alexandre Blain a terminé dimanche 34e du « petit Paris-Roubaix » à plus de quatre minutes de Francis Mourey. La faute à une échappée trop conséquente : « Vingt coureurs étaient partis. C’était beaucoup trop malheureusement et avec quatre minutes de retard à cinquante kilomètres de l’arrivée, nous nous sommes retrouvés forcés à nous découvrir un peu plus tôt que prévu », lance le Niçois. Alors, avec son équipier et compatriote Eric Berthou, les deux hommes du Team Raleigh ont pris les devants : « Seulement une dizaine de coureurs a suivi notre accélération ».

« La FDJ était beaucoup trop forte »

Mais la classique (1.1), longue de 204 kilomètres, n’en a pas fini avec ses rebondissements dont elle a le secret. A la sortie du secteur suivant, quatre coureurs décrochent. Blain et Berthou ne sont plus accompagnés que de six hommes dont Mourey et Le Bon de la FDJ. Ces derniers vont d’ailleurs commencer à collaborer. Blain va alors avoir un coup de barre après ce gros forcing : « J’ai pris le temps de bien récupérer dans les roues et de bien me ravitailler ». Le scénario était parfait. Il n’était plus que six à composer l’échappée matinale et le groupe de chasse, imprégné d’une très bonne entente, était revenu à cinquante secondes à vingt cinq kilomètres de l’arrivée. « Notre plan marchait donc comme sur des roulettes surtout que désormais, on sentait que nous avions la main mise sur la course. Les FDJ paraissaient très forts aussi mais avaient eu aussi pris du temps pour respirer, comme tout le monde, dans ce contre de costauds. ». En confiance, la Team Raleigh a t-elle un peu sous-estimer ses adversaires ? « Ce qu’on avait pas prévu c’est qu’ils étaient plus que très fort. Ils étaient finalement trop fort et Mourey a accéléré dans l’avant dernier secteur ».

« La tête haute »

Dans le rouge, Blain coince et Berthou l’imite cent mètres plus loin. Seul un autre FDJ parvient à prendre la roue du futur vainqueur de l’épreuve. « Dès lors en surchauffe, on a tous tiré le frein à main. Il ne restait que vingt kilomètres à couvrir, mais la fin de parcours était interminable après avoir dépassé mes limites. On jouait la gagne, nous n’étions pas si loin, mais je me suis brûlé les ailes et perdu toute chance pour les accessits. De toute façon, le moral n’y était plus car j’ai compris que la victoire m’échappait encore et encore », analyse Blain, fataliste. L’histoire était presque parfaite. Blain et Berthou, qui ont gagné main dans la main la troisième étape du Tour de Normandie il y a trois semaines, y ont cru pendant longtemps mais sont « tombés sur plus costauds que nous : rien à dire. Nous avons perdu les armes à la main et la tête haute. Sans notre offensive, la course était perdue de toute façon : nous avons offert la victoire aux FDJ sur un plateau ».

crédit photo : David Allais / www.tourdenormandiecycliste.fr

 



Voir plus d'articles de la même catégorie