Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Le cyclisme amateur repassera

Ecrit par Martial HESPEL

Coup dur pour le monde cycliste au sein du département des Alpes-Maritimes. Le Grand-Prix de Nice, organisé par le Sprinter Club de Nice Jollywear, qui devait se dérouler le 29 juin prochain, a été tout bonnement annulé. Cette course, tracée par Charly Bérard, l’un des fidèles gregario de Bernard Hinault, devait servir de répétition générale à la course en ligne des Jeux de la Francophonie qui auront lieu à Nice en septembre prochain. Elle s’inscrivait également dans un contexte de fête autour du cyclisme avec la venue du Tour de France à Nice cette année. La raison officielle ? L’absence de l’autorisation préfectorale. Mais sur les raisons de ce refus, les déclarations diverges. « Le point sensible de tracé est le passage à Saint-Laurent du Var avec le passage à proximité du centre commercial Cap 3000. Bloquer la sortie d’autoroute n°49, un samedi après-midi, avec les vacanciers qui vont à la plage, n’était pas jouable selon la préfecture », explique le directeur sportif du Sprinter Club de Nice Olivier Presse. Une version qui n’est pas confirmée par Michel Boudet du service des sports de la ville de Nice : « Il aurait été possible de bloquer la circulation pendant quinze minutes et même de réguler celle-ci entre différents groupes de coureurs. ». Pour Boudet, il faut aller chercher la faute autre part. « Le souci vient du dispositif de signalisation et donc de la sécurité. Il était demandé au club d’avoir à sa disposition 180 signaleurs tout au long de la course. A moins d’une semaine du jour J, le compte n’est pas là ».

« C’est dommage (…) c’est leur choix »

 

Pourtant, Olivier Presse, bien qu »il reconnaisse que le total de 180 signaleurs n’est pas atteint, évoque une autre solution. « Nous avons expliqué à la prefecture qu’un signaleur qui était au départ pouvait être présent à l’arrivée. Entre Saint-Jeannet et Saint-Laurent du Var il y a quatre kilomètres. Et pendant ce temps les coureurs en ont cent à couvrir. On pouvait doubler les postes. C’est dommage car on travaille sur ce projet depuis deux mois. Mais c’est ainsi, ce sont eux qui décident et pas nous. Ils ont estimé que la sécurité ne pourrait être assurée et c’est leur choix : nous le respectons ». Le Grand-Prix de Nice s’est également retrouvé enclavé entre deux événements majeur. L’ironman de Nice, qui s’est déroulé ce dimanche 23 juin, est « intouchable » prévient Boudet. Et puis, le 30 juin, se déroule le contre la montre amateur du Tour de France sur le parcours du contre la montre par équipes du 2 juillet des professionnels. Deux institutions qui ont laissé que peu de places au Grand-Prix de Nice et au monde du cyclisme amateur dans sa généralité. Mais le bruit court déjà que la Mairie de Nice souhaiterait organiser un beau Grand-Prix de Nice l’année prochaine en évitant Saint-Laurent du Var. Ce ne serait donc que partie remise. De quoi donner envie de relancer le projet de plus belle.



Voir plus d'articles de la même catégorie