Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

L’altruisme de Pascal Drouot

Ecrit par Martial HESPEL

En manque de solution et face à des résultats en berne, Pascal Drouot a choisi de prendre du recul de son poste d’entraîneur de l’Elite du VBSL. Lui qui a fait passer le club dans une autre dimension, a choisi de ne pas s’accrocher à son poste et a préféré donner à son adjoint les cléfs de la réussite. Explications du Président. 

Depuis quelques semaines, au-delà de l’enchaînement presque sans fin des défaites, c’est bien les scores, chaque week-end de plus en plus lourd et le manque terrible de confiance et de révolte, qui tranchaient dans l’environnement de l’Élite du VBSL. Une longue glissade vers une relégation même si les play-downs redistribueront, en partie, les cartes. Depuis le début de saison, les équipières de Marie Salbot n’ont gagné que deux fois, dont un succès acquis sur tapis vert après une défaite sur le terrain contre Rennes en début de saison. Il fallait trouver un électrochoc car ce groupe était en train de se saborder. Il est venu du premier concerné. Celui qui, la majeure partie du temps, est le premier fusible. L’entraîneur.

« Pascal Drouot a choisi de prendre du recul. En aucun cas ce n’est une demande du Bureau Directeur, sa décision m’a fait de la peine mais il a jugé que c’était mieux ainsi. Pascal n’avait plus de solution alors j’ai accepté son choix, je n’allais pas l’obliger à poursuivre », explique Gérard Rémond, Président, sur le site internet de la Fédération Sportive du Stade Laurentin. Drouot, c’est une institution Pagnol. Manager général du club, ancien entraîneur des garçons, il avait récupéré le groupe féminin en avril 2014 alors en Pré-Nationale, trois divisions plus bas. Montées après montées, il a installé le club dans une autre dimension. L’homme fort du club précisant que Pascal Drouot prend simplement du recul avec le groupe senior féminin mais que son investissement au club ne bouge pas : manager général du club et coordinateur des entraînements des jeunes en extérieur puisqu’étant privé de salle. Pas de tout repos. 

C’est donc Nicolas Faivre d’Arcier, adjoint de Drouot, qui a pris le relais avec « un discours différent et plus de ludique à l’entraînement », détaille le Président. A son nouveau poste, le technicien a eu fort à faire avec deux grosses cylindrées en janvier : Harnes et Quimper. Face aux Bretonnes, un nouveau visage fut affiché avec des joueuses plus en confiance et donc plus agressives sortant de leur zone de confort avec plus de risque. Le groupe Laurentin a même eu une balle d’égalisation à deux manches partout. Mais le leader a fait parler sa supériorité pour boucler l’affaire en quatre sets. Une défaite mais une première pierre à l’édifice. 

Le 20 février marquera un déplacement très important à Halluin, formation du Nord que le VBSL retrouvera en play-downs. Quand on sait que les points acquis en confrontation directe seront conservés lors de la deuxième phase, les unités vont coûter très cher. « J’espère que ce qu’elles ont montré contre Quimper va servir de déclic car à Halluin il faut gagner. » Car si le mental va mieux, tout n’est que littérature si les points ne sont pas au rendez-vous. Plus le temps va passer, plus le club ne pourra pas simplement se satisfaire de mieux jouer ou d’afficher une meilleure mentalité. Le terrain et la place au classement sont les seuls décisionnaires finaux. Saint-Laurent doit encore disputer quatre matchs, tous aussi importants les uns que les autres, avant les play-downs. 

(Crédit photo : Cédric Faraud)



Voir plus d'articles de la même catégorie