Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« La Motte, notre finale à nous »

Ecrit par Martial HESPEL

Alors que se profile dans quinze jours un match qui peut être décisif en Nationale 2 chez le leader La Motte Servolex, Cannes-Mandelieu, deuxième, se prépare soigneusement pour effacer la défaite 28-30 aux Mûriers du match aller. Explications avec Mélanie Chatelet, déjà 44 buts cette saison.

Mélanie, qu’as-tu pensé de votre prestation contre Frontignan le 4 mars ? Une belle claque pour elles, une victoire de dix buts, score similaire qu’à l’aller et pourtant il s’agit d’une belle équipe de la première partie de tableau… 

Oui, une belle équipe. Il ne faut pas croire que cette formation est facile à battre, nous nous sommes rendues le match facile. Il nous était important d’être sérieuses, dans le projet de jeu et de nous donner confiance pour la suite. Nous avons commencé le match très sérieusement et nous avons très vite mené 6-1. Nous avons bien joué sur le jeu rapide ce qui nous avait manqué au match aller contre La Motte. Une fois rassurées et sur notre lancée on a su gérer le score. Jean-Louis (Leblond, coach ; ndlr) a pu essayer des choses – qui n’ont pas toujours fonctionné (rires) – mais ce match a permis de travailler et de faire jouer tout le monde. Nous avons plutôt bien défendu en première mi-temps et Claire (Moreau, gardienne ; ndlr) nous a encore sorti un match de folie. Nous sommes dans une bonne dynamique, nous travaillons dur à l’entraînement, on ne veut rien regretter. 

Arrivée cet hiver, c’était le premier match de Morgane Pradeleix avec vous dont on connaît le passif de meilleure scoreuse de N2F l’année dernière toutes poules confondues. Elle revient d’une grave blessure mais, indéniablement, pour le sprint final, c’est une vraie valeur ajoutée ?

Bien sûr, une joueuse supplémentaire est un atout. Ça nous permet d’avoir des rotations, du monde à l’entraînement etc… Et puis ce n’est pas comme si on ne la connaissait pas, elle n’a pas eu de mal à intégrer l’équipe. C’est important. Par rapport à sa blessure, elle va reprendre confiance et le rythme des matchs et bien entendu elle va nous apporter beaucoup sur la course au titre. Elle court, possède une très bonne finition et elle ne se pose pas de question. Cela fait du bien à l’équipe.

Soraya Hamiti était sur le banc avec vous. Malgré sa saison terminée – les croisés le 10 décembre dernier – elle reste toujours aussi proche de vous et c’est autant important pour elle que pour l’équipe de l’entendre vous encourager depuis le banc ?

Bien évidemment. C’est notre capitaine n°1. Claire étant sa suppléante. Nous avons besoin de son expérience, de sa vision du jeu. On sait tous que quand c’est une copine qui nous parle, c’est plus simple. Quand on a la tête dans l’eau elle nous remet dans le droit chemin et nous encourage. C’est important pour l’équipe mais je pense que c’est aussi important pour elle. Elle fait partie de l’équipe et cette blessure a été terrible pour tout le monde. 

Comment se passe cette première semaine de trêve, quel est le programme et l’état d’esprit du groupe alors que se rapproche le tournant de la saison ?

Nous avons eu une semaine de repos. Cela nous permet de dormir plus tôt, de soigner les bobos etc… Nous en avions toutes besoin afin d’être en forme pour travailler à l’entraînement pendant deux semaines. Il ne faut pas oublier que nous n’avons qu’une gardienne et elle aussi a besoin de repos et il est bien mérité (rires). Nous savons que le match contre La Motte va être important mais la saison ne s’arrête pas à ce match. On va aller chercher la victoire mais derrière il faudra continuer de travailler car la saison est encore longue. Nous allons travailler techniquement et physiquement pendant deux semaines pour ne pas faire la même erreur qu’au match aller. Mais ce match on ne le prépare pas en deux semaines, tous les matchs que nous avons fait depuis le match aller nous ont permis de travailler pour ce match retour.

Contre La Motte, le 25 mars, comment vois-tu les choses ? Est-ce elles qui ont la pression puisqu’elles sont devant ou alors Cannes dans le sens où si vous perdez, ce sera sans doute cuit pour la première place ? 

Rien n’est jamais cuit dans un championnat de handball. Comme je l’ai dit plus haut, la saison reste encore longue ! On ne sait pas ce qu’il peut arriver. Elles ont la pression bien évidemment car elles sont leaders et doivent gagner tous les matchs, nous l’avons aussi car nous voulons accéder à la Nationale 1 et cela va passer par ce match. Mais nous avons une bonne pression, l’envie de bien faire et de les battre même si on fait un match pourri. On prend ce match un peu comme une finale, notre finale à nous… On veut gagner un point c’est tout. Pour l’instant on ne parle pas de barrage, notre objectif ce ne sont pas les barrages mais la première place du championnat. 

Cannes possède et de très loin la meilleure attaque du championnat malgré la longue absence de Soraya Hamiti. On remarque encore contre Frontignan neuf filles à au moins deux buts. Ça peut venir de partout et c’est ça aussi votre force ? Chacune à confiance en l’autre et chacune sait prendre ses responsabilités ?

Nous avons, depuis la blessure de Soraya, travaillé sur un autre style de jeu. Ce sont les qualités et défauts de chacune qui permettent à l’entraîneur de mettre un jeu en place. Maintenant, oui, avoir des filles qui marquent à tous les postes c’est plaisant. La confiance de chacune prend sa place. Nous n’avons pas un groupe de vingt-six alors nous devons toutes être prêtes chaque semaine à donner le meilleur de soi-même. On joue bien ensemble et ça c’est très agréable. 

Une dernière pensée ?

Nous espérons vraiment accéder à la Nationale 1 et on va s’en donner les moyens ! Lors des prochains matchs aux Mûriers nous espérons que les supporters cannois seront aux rendez-vous pour nous aider à battre toutes les équipes.

(Crédit photo : Ln Villard)



Voir plus d'articles de la même catégorie