Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

La jeunesse niçoise veut encore briller

Ecrit par Martial HESPEL

Olivier Presse, directeur sportif de la DN3 du Sprinter Club de Nice, fait pour Magsport06 le bilan de la saison 2013 et évoque également l’avenir de ce club formateur.
 
Clap de fin sur la saison 2013. Le Sprinter Club de Nice a bouclé, le 15 septembre dernier sur la Ronde Mayenaise, théâtre de la finale de la coupe de France DN3, une année riche en bouquets. « Le bilan est positif. Avec une dizaine de victoires sur route et plusieurs titres de champions régionaux avec Alexis Carlier sur route ou encore Romain Vincensini sur piste. On oublie pas bien entendu le titre de champion de France espoir de VTT pour Julien Trarieux et sa cinquième place au championnat du monde. On gagne également des courses importantes comme le Grand-Prix de Nice Souvenir Louis Nucéra en préambule de l’arrivée de Paris-Nice avec la victoire d’Alexandre Aulas ou encore l’épreuve d’ouverture de le coupe de France DN3, le Tour d’Ardèche Méridionale, que gagne Trarieux », énumère fièrement le directeur sportif niçois Olivier Presse. Mais tout n’a pas été parfait, comme la fin de saison qui a été « un peu difficile. Nous avons subi la Ronde Mayenaise du début à la fin et cette ultime course ne reflète pas notre première partie de saison. Malgré tout on progresse. Le cru 2013 est meilleur que le 2012 : sans aucun doute ».
 
Trarieux s’en va, Athané aussi ?
 
Pour 2014, les bons résultats de Julien Trarieux ont poussé la DN1 de l’AVC Aix-en-Provence à l’engager. C’est pour le moment le seul départ officiel à Nice, même si celui de Thibault Athané est imminent  Deux pistes sont sérieuses pour le vainqueur du Grand-Prix d’Antibes, du Grand-Prix de Villeneuve-les-Avignon et du Grand-Prix Cycliste d’Alleins, avec la DN1 du CR4C Roanne et de la DN1 du Team Vulco – VC Vaulx-en-Velin. « La réponse va arriver dans les jours à venir. Ce n’est pas encore officiel et mais son départ ne fait quasiment aucun doute. » Hormis Trarieux, et donc normalement Athané, personne ne part. L’équipe sera même renforcée par cinq ou six coureurs venant du Comité de la région PACA. « Plusieurs espoirs 1 et 2 vont arriver. Un viendra du Mans et un autre de Savoie », détaille Presse. Théo Conte et Julien Roméo, grands espoirs du club, vont aussi avoir dès 2014, leur chance avec l’équipe fanion du club.
 
A qui le tour ?
 
Un nouvelle génération qui essayera de marcher dans les pas des Jérémy Fabio (Team Martigues SC – Vivelo DN2), Antoine Lavieu (Professionnel à La Pomme Marseille), Jimmy Raibaud (CR4C Roanne DN1), Cyril Boulenger (AVC Aix-en-Provence DN1), Florent Icard (CR4C Roanne DN1) et aujourd’hui Julien Trarieux (AVC Aix-en-Provence DN1) et Thibault Athané (?). Tous ont passé au moins une saison à Nice et font aujourd’hui les beaux jours de clubs de niveau supérieur. « Tous les ans nous avons un voir deux garçons qui sont demandés par de belles cylindrés. Pour le moment nous n’avons pas les moyens financiers pour les garder. On ne peut pas rivaliser avec un club comme Aix par exemple qui paye ses coureurs », explique lucide Presse. « Plus tu as de l’argent, plus tu peux retenir un bon coureur et plus tu peux lui proposer un calendrier où il peut développer toutes ses qualités. A Nice, dès qu’un garçon marche fort dans les course de première catégorie, il est réclamé.  C’est aussi positif pour nous. Notre travail est ainsi valorisé. » 
 
La formation comme fer de lance
 
Alors que manque t-il aujourd’hui à la DN3 du Sprinter Club de Nice Jollywear pour accéder à la DN2 ? « Outre de l’argent ce qu’il nous manque c’est un ou deux garçons en pleine force de l’age, entre 26 ou 30 ans, qui ne font que du vélo et qui marquent des points régulièrement. Nous on a Aulas et Graczyk dans ce domaine, mais les gars travaillent 35 heures par semaine à côté. Tu ne peux pas t’entraîner comme bon te semble dans ces conditions. Et puis ce n’est pas forcément notre objectif non plus d’avoir comme ça un élite déjà bien formé. Nous on est surtout là pour la formation des jeunes. » Ce qu’il manque aussi aujourd’hui à la DN3 azuréenne c’est un projet financier sur deux ou trois saisons pour former ses jeunes, les garder et même pourquoi pas voir d’autres revenir. « Aujourd’hui en DN2 et DN3 ce n’est pas toujours le collectif qui fait la bonne santé d’un club, c’est souvent les individualités qui font la différence. Le Sprinter est l’un des rares clubs DN3 à se porter en priorité sur la formation. » Et la politique du club ne changera pas pour 2014 : « Nous allons continuer sur les mêmes bases, avec de nouveaux jeunes qui arrivent et un calendrier similaire.  Les sponsors de 2013 nous restent fidèles et on espère en voir de nouveaux arriver, cela est aussi en discussion. »


Voir plus d'articles de la même catégorie