Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

La fusée « TKW » est de retour

Ecrit par Martial HESPEL

Il est l’un des nouveaux phénomènes de tennis français. Tak-Khunn Wang est aujourd’hui 347e mondial et vise les qualifications de l’Open d’Australie 2014.

L’homme est discret. L’homme parle peu. Mais l’homme n’en est pas moins efficace sur les courts, tout comme lorsqu’il choisi minutieusement les mots qu’il emploie. A bientôt 22 ans, Tak-Khunn Wang est à la recherche du temps perdu. Après avoir atteint la 494e place ATP à la mi-juin 2011, stagné vers la 550 place pendant six mois, ce petit gabarit (175 cm pour 66 kilos) a ensuite dégringolé jusqu’à disparaitre tout bonnement des radars du classement ATP : « Je me suis blessé au poignet et je n’ai pas joué pendant dix mois. J’ai mis près de quatre mois à revenir à un niveau correct et je suis vraiment redevenu le même en février 2013 ». Sept mois plus tard et quatre nouveaux trophées Future sur l’étagère, le voici 347e alors qu’il était encore 700e au mois de mai. Pour revenir au top niveau en Europe, Wang a choisi stratégiquement de débuter sa saison fin février et début mars en Asie avec une participation à trois Futures en Inde. Bilan ? Un quart de finale, une demi-finale, un titre, un total 26 points et un retour dans le top 700 pour intégrer directement le tableau final des tournois européens. « La programmation des tournois a été capitale dans ma réussite cette saison. Je n’ai pas hésité à partir loin pour retrouver un classement correct. Le retour à la compétition aurait été beaucoup plus délicat en Europe », confie le joueur.

Un séjour en Finlande fructueux et douloureux

Tout va ensuite très rapidement se dessiner avec un titre Future en Belgique mi-juin, au Danemark un mois plus tard et un en Finlande début août. Toujours en Finlande, le droitier a ensuite enchaîné deux demi-finales alors qu’il était tête de série n°1 : « Je remporte le simple et le double lors de la première semaine. Mais juste après la finale je suis tombé malade : intoxication alimentaire. Direction l’hôpital. Je suis resté au lit pendant deux jours ». Alors, Wang va décider de ne pas s’aligner en double pour les deux tournois nordiques suivant mais va se concentrer uniquement sur le simple. « La suite a été difficile avec des crampes et des nausées car j’avais perdu beaucoup de nutriments. Je manquais de jus et je restais sur six semaines consécutives de tournois. Je n’avais plus les crocs, j’avais vraiment envie de rentrer à la maison ». Malgré ça il rajoute à son tableau de chasses deux nouvelles demi-finales de simple et revient de Finlande avec trente nouveaux points en poche.

Quart de finaliste des championnats de France 2e Série

Retour à Paris depuis une semaine pour participer aux championnats de France Perrier 2e Série. Wang a été éliminé en quart de finale par Sakharov en deux sets 6-1 6-4. « Bien entendu je voulais aller plus loin. Mais le bilan reste positif. J’ai beaucoup enchaîné ses derniers temps et je ressens la fatigue. Ce n’est pas une excuse mais je vais un peu me reposer ». Il sera de retour à la compétition du 9 au 15 septembre au 15.000 $ de Mulhouse.

200 euros pour remporter un titre de double en Future

Aujourd’hui 347e mondial, Wang n’est espérait pas tant : « Honnêtement, si, après ma saison 2012 blanche, on m’avait dit que je serais en septembre dans le top 350, j’aurais signé tout de suite. J’avais pour premier objectif de retrouver mon rang de 500e mondial avant ma blessure », avoue celui qui a pour joueur préféré l’actuel numéro mondial Novak Djokovic. « Je suis le premier surpris. Mais j’ai la chance d’avoir mon tout premier coach qui m’accompagne sur les tournois dès qu’il le peut : Inde, Portugal ou encore Finlande. C’est un vrai plus ». Mais le natif du 12e arrondissement de Paris a en encore une belle marge de progression à exploiter, notamment en double. Jugez-plutôt, pendant qu’il cartonnait en simple, Wang a été éliminé six fois consécutivement au premier tour du double, avant de réussir à gagner un match au Danemark, puis de perdre à nouveau d’entrée et enfin de gagner en Finlande. Comment expliquer ce contraste si fort entre le simple et le double. La réponse est limpide. « Je n’ai jamais fait l’effort de trouver un bon partenaire de double. Lorsque la wild-card du coin n’avait personne pour jouer, je m’alignais avec ». Mais son nouveau statut commence à se faire sentir. « Avant de partir en Finlande Micke Kontinen m’a envoyé un message pour savoir si je voulais jouer le double avec lui. Je savais qu’il jouait très bien. J’ai accepté et nous avons gagné ». A l’avenir Wang va t-il faire attention à ses associés de double ? « Oui ça donne envie. C’est de l’entraînement avec de la compétition. Ce n’est pas vraiment pour les finances car gagner un double en Future 10.000 $ rapporte environ 200 euros ».

Après avoir débuter en Inde, l’Australie pour top départ ?

La simple démarche de Kontinen prouve que Wang est en train de se faire une place dans le monde du tennis : « On fait plus attention à moi c’est vrai. Les regards sont différents, on me craint davantage et des gens qui ne me parlaient pas commencent à venir à ma rencontre ». Mais ces prémices de ce que l’on peut appeler un engouement ne semblent nullement émouvoir le Français : « Je suis quelqu’un de calme, de simple et je sais ce que je veux. Un mot ? Déterminé ». A quoi ? A dans un premier temps décrocher une place pour les qualifications de l’Open d’Australie 2014 : « Ça sera difficile car il me faut encore des points. Je vais arrêter les Futures 10.000 $ et passer au 15.000 $ et aussi faire quelques Challenger ». Le joueur se laisse encore sept à huit tournois à disputer avant la fin de la saison et accrocher pourquoi pas d’ici là le top 300.



Voir plus d'articles de la même catégorie