Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Krai et Nice au niveau de la Nationale 2

Ecrit par Martial HESPEL

Promu en Nationale 2, le BTP Nice est en train de prouver à chacun ses réelles capacités à se maintenir. Certains observateurs en doutaient, le hommes de Daly sont bien là.

La semaine dernière, la N2M du Bâtiment Nice est passée toute proche d’un exploit contre Nîmes. Un très bon match nul 29-29 face à l’un des leaders, mais les hommes de Maher Daly menaient 29-24 à la 54e. Bien que, dans les faits, un match nul face aux Nîmois est une belle performance, le contexte laisse un goût amer à Fathi Kraï et ses équipiers. « C’est bien la déception qui prédomine. On a mené tout le match. On a cinq buts d’avance et à la fin il va nous manquer toujours ce petit détail pour gagner. A trente secondes de la fin nous avons la possession et on se loupe : manque d’expérience. Sur l’action suivante, Nîmes ne marque pas et ça s’arrête là », raconte le pivot à www.magsport06.fr. « Nous avons fait un grand match. Surtout en défense. En attaque aussi ça prend forme. Mais ce petit quelque chose qui nous a manqué fait tout de même mal au cœur. »

Ce dernier résultat confirme les réels progrès du groupe après la victoire acquise à Montélimar, 33-36. Pourtant, ce n’était pas gagné en début de saison. Malgré les arrivées de Louis David et de l’emblématique Boubacar Sidibé, tous deux acteurs de la montée du Cavigal Nice en Pro D2, beaucoup d’observateurs se posaient de réelles questions sur les capacités du groupe niçois à franchir le palier de la Nationale 2. Rappelons que le coach Daly a pris les commandes du groupe à la toute fin de saison dernière, en avril. Plusieurs joueurs sont arrivées et il a fallu s’adapter à un nouveau niveau, complètement différent. « Le coach a connu le haut niveau et a une autre mentalité et d’autres méthodes. Il nous demande beaucoup d’exigence. Certains n’en avaient pas l’habitude. Mais ça commence à donner quelque chose. Le groupe vit bien. Les relations entre les joueurs progressent : on se comprend mieux. Nous sommes contents des deux derniers matchs même s’il y a la déception de ne pas avoir pris les trois points contre Nîmes. »

Pourtant tout avait très mal commencé avec un humiliante défaite 39-21 à Ajaccio lors de la première journée où Krai reconnait que l’équipe était « complètement à l’ouest. » Mais derrière, les premiers signes positifs sont vites arrivés avec ce qu’on appelle des défaites encourageantes contre Antibes et Aix. « On était au niveau mais il nous manquait des petites choses pour décrocher plus de points. Là, ça se met en place, on gagne en expérience. Contre Nîmes, personne ne nous attendait. En faite, après Ajaccio, nous avons bien parlé et le match de Antibes nous a fait du bien : on a vu que nous étions au niveau. On a les capacités pour battre n’importe qu’elle équipe, même le haut de tableau. »

Se maintenir pour un promu dans ce championnat n’est jamais simple. Krai le confirme, les deux divisions, Nationale 2 et Nationale 3, n’ont rien à avoir. « En Nationale 3, parfois, en face, tu peux jouer des garçons limités pour le haut niveau ou des joueurs qui peuvent péter un câble. En Nationale 2, ce n’est jamais le cas. Tu as partout des mecs d’expérience, souvent très physiques, qui ont du ballon dans la main. Tu as quatre centres de formation, avec des gamins qui s’entraînent huit fois par semaine, qui cavalent partout. En N2M jamais tu ne peux te dire que tu vas gagner un match tranquille. C’est toujours du haut niveau avec trois, quatre ou cinq garçons qui vont te gérer le match. Impressionnant. Et en plus de ces centres, tu as plein d’équipes très costauds comme Antibes, La Crau ou encore Montélimar. Chaque journée c’est difficile. »

Et pour être compétitif chaque journée, Nice touche du bois. Pour le moment, aucune blessure mais le groupe en a peur. Il manque de profondeur sur la base arrière notamment. Au complet, ça passera, mais un ou deux manquants peuvent être lourds de conséquences. « C’est dur car nous n’avons pas forcément de rotation à certains moments. Alors qu’en face, notamment les centres, à tout moment ils peuvent te changer trois joueurs d’un coup au milieu du match et ça va toujours aussi vite. Il faut se réadapter. Mais nous sommes sur le bon chemin. Personnellement, j’en suis à huit saisons au club, j’ai connu la Nationale 2 ici il y a quelques années et je suis très heureux de la retrouver. Pour le club c’est important d’y rester, notamment pour les jeunes qui arrivent. Il faut continuer comme ça. »

Et ce samedi soir, c’est encore un gros match qui attend le BTP avec un déplacement à La Crau qui a fait forte impression à Antibes. Avec la pancarte de l’outsider, Nice n’a rien à perdre.

(Crédit photo : Florence Brodin)



Voir plus d'articles de la même catégorie