Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Je ne suis pas le Messie »

Ecrit par Martial HESPEL

Il y a parfois des éléments, inattendus, qui vous permettent de réussir vos projets avec en temps d’avance. Championne de NM3 la saison dernière, l’AS Monaco, ambitieuse, est arrivée en NM2 avec dans ses rangs Jordan Perronneau. Le rendement du nouveau capitaine est au rendez-vous.

Istréen jusqu’en mai dernier, le Français arrive en Principauté avec un projet professionnel bien précis en ligne de mire. « Je veux faire du métier de journaliste ma reconversion. Mon meilleur ami, Samuel Balestrini, a aussi rejoint Monaco et j’ai beaucoup réfléchi : je ne voulais plus consacrer toute ma vie au handball. En Pro D2 tu n’as pas de reconnaissance : il faut jouer en D1 pour cela. En faite tu donnes tout en Pro D2 pour finalement pas grand chose. Tu t’entraînes tous les jours et tu mets ton corps en danger. » Alors, celui qui évolue sur la base arrière est arrivé en école de journalisme à Nice et, par conséquent, a étudié les différentes pistes handballistiques qui pouvaient s’offrir à lui. Il nous avouera avoir eu une touche avec la NM1 du Cavigal.

Finalement, c’est Monaco qui va effectuer les efforts nécessaires pour accueillir dans les meilleures conditions cette occasion or que comporte l’arrivée de Jordan Perronneau. « Le projet de l’ASMHB est ambitieux. La D1 donne forcément envie mais je n’avais pas de touche. Le handball n’est pas ma passion de toujours. Alors jouer en Pro D2 uniquement pour l’argent, cela vaut-il le coup ? Non. C’est trop d’inconvénients. Avec ma bonne saison à Istres j’avais des propositions en Pro D2. Mais Monaco, qui joue à un très bon niveau, m’offre la possibilité de prendre du plaisir en jouant au handball mais aussi à vivre mes études dans de bonnes conditions. » Lorsqu’on connaît les tarifs proposés par les différentes écoles de journalismes, c’est du donnant donnant entre le joueur et le club : tu nous donnes un coup de main sur le plan sportif, on t’aide sur le plan financier pour tes études. Projet ambitieux et respect mutuel entre les deux parties.

« J’ai une licence, alors je ne joue pas à moitié »

Pour le moment, ça fonctionne. Monaco est cinquième de la Poule 8 de NM2 et doit sans doute toujours nourrir des regrets depuis la dixième journée, le 14 décembre, et cette défaite 28-29 à Louis II contre Bagnols. Avec 73 buts, Perronneau est aujourd’hui le deuxième meilleur buteur du championnat et a marqué, à lui seul, 24% des buts de Monaco. Presque naturellement, celui qui n’a encore que 25 ans et qui possède dans ce collectif déjà un rôle de grand frère, a été désigné capitaine par le coach Stéphane Cordinier. « Je suis entre les deux âges : au milieu des jeunes et des plus anciens. J’ai l’expérience du haut niveau et le coach a sans doute estimé que j’étais légitime pour cela. Ce rôle je le prends vraiment à cœur. Mais je dois encore et toujours prouver que j’en suis digne. Je ne prends en aucun cas les autres de haut. J’apporte ce que je peux. Je dois bien cela à Monaco. Grâce au club je peux me payer mes études. D’ici trois ans, si je sors diplômé, je pense que mon avenir sera en région parisienne. En attendant, je suis là pour donner le maximum car pendant la préparation j’ai senti que j’étais très attendu. Mais je ne suis pas le Messie. On aura des résultats si on fonctionne en équipe. Je mets ma personne au second plan. Terminer meilleur buteur du championnat est totalement secondaire. Je suis sous contrat avec Monaco, j’ai une licence, alors je ne joue pas à moitié mais toujours à fond. » 

« Faire parler du club »

Outre le championnat, Monaco aura pleinement réussi sa mission en Coupe de France. Après un parcours sans faute et sérieux, les Monégasques sont tombés avec les honneurs contre la D1 de Nîmes (25-30) en 16es de finale. « Nous avons pris cette compétition sans se prendre la tête et en l’utilisant pour faire le plein de confiance. On l’a vu sur la feuille de match car lors des premiers tours le coach a fait tourner pour donner du temps de jeu à ceux qui en avaient besoin. Jouer contre une D1 c’est un grand moment que tu ne peux pas vivre avec le championnat. C’est un vrai match de gala qui fait venir du monde et qui fait parler du club, sans aucune pression pour nous les joueurs. »

La NM2 de Monaco est donc au rendez-vous et nul doute qu’elle devrait être dans le coup dans un ou deux ans pour jouer la montée en NM1. Pour cela, il faudra également se tourner vers la compétitivité de sa réserve. Cette dernière est aujourd’hui à la lutte pour se maintenir en Pré-Nationale mais peut compter sur une locomotive qui monte en puissance semaine après semaine.

(crédit photo : Damir Rasol ASMHB)



Voir plus d'articles de la même catégorie