Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Je me régale toujours autant »

Ecrit par Martial HESPEL

A bientôt 33 ans, le natif de Nice Alexandre Blain vient de prolonger deux saisons avec la Continentale de Raleigh. L’équipe Britannique va s’orienter vers un effectif et un calendrier français.
 
Alexandre, il y a maintenant quelques semaines tu as prolongé, pour deux saisons, ton contrat avec la Continentale britannique Raleigh. Pourquoi ?
L’équipe veut s’ouvrir au calendrier français. Eric Berthou, qui était arrivé avec moi en tant que coureur il y a un an, a décidé d’arrêter sa carrière. Il intègre le staff en tant que manager et directeur sportif. Raleigh a donc envie de se développer en France avec l’ambition de passer en Continentale Professionnelle en 2015. J’ai donc signé deux ans pour évoluer dans cette division si tout se passe bien. Si ça ne se fait pas j’aurai toujours un contrat pour au moins évoluer en Continentale. Mais le projet est là. L’investissement d’Eric en tant que directeur sportif m’a également beaucoup motivé. 
 
La saison 2013 ?
Elle s’est bien passée. Il y avait un manque de courses dans la deuxième partie de saison mais en 2014 tout cela sera différent. Mais jusqu’à l’été, au niveau des courses inscrites à notre calendrier, il n’y avait rien à dire. Puis l’équipe s’est concentrée en Angleterre car c’est très important pour elle vis à vis des sponsors.
 
Pourquoi Raleigh se tourne autant vers la France ?
Les dirigeants se sont rendus compte qu’il y avait un vrai engouement autour de l’équipe lorsque nous étions en France : presses, fans, demandes de cartes dédicacées, informations en tout genre etc… Beaucoup de personnes voulaient également savoir où était-il possible d’acheter des vélos Raleigh. Sauf qu’il n’existe aucun distributeur en France qui vend Raleigh pour le moment. Ils ont été convaincus par le fait qu’un vrai marché pouvait s’ouvrir en France.
 
Avec l’arrêt d’Eric Berthou, tu es donc le seul français de l’effectif alors que l’équipe souhaite se tourner vers l’hexagone. D’autres tricolores vont-ils signer ?
C’est vrai qu’avec toutes ses équipes qui disparaissent les unes après les autres beaucoup de garçons ont pris contact avec Raleigh car j’y étais mais aussi car avec Eric il y a maintenant un directeur sportif français. Trois français seraient proches de signer…
 
« Mon corps peut aller plus loin »
 
A quoi va ressembler l’effectif ?
Les dirigeants vont le réduire. Il n’y aura qu’un noyau de dix unités. L’objectif est de faire des économies pour faire signer de très bons coureurs qui réclament des salaires plus élevés que les Britanniques. L’ambition est claire : décrocher un maximum de points UCI. Berthou arrête, le Néo-zélandais Tom Scully est parti dans une autre continentale britannique, l’Australien Lachlan Norris retourne chez Drapac, Thomas Moses s’en va aussi, le Canadien Bob Britton également.
 
En mars prochain tu auras 33 ans. Tu seras donc proche des 35 ans dans deux ans à la fin de ton contrat. Penses-tu déjà à l’après carrière où pour le moment es-tu pleinement dans l’objectif d’aider l’équipe à monter en Continentale Profesionnelle en 2015 ?
Deuxième solution. On verra ensuite… Mais là je n’ai qu’un objectif : faire deux saisons les plus pleines possibles. Aujourd’hui mon corps peut aller plus loin et ne me demande pas d’arrêter : au contraire. Je me régale toujours autant sur un vélo. Je n’ai pas de limite pour le moment. Je ne me projette pas encore plus loin que fin 2015. 
 
En juin tu gagnes en Granfondo en Italie mais tu es déclassé. Pourquoi ?

J’avais besoin de kilomètres pour préparer les championnats de France. Alors, à la mi-juin, comme je l’ai déjà fait plusieurs fois dans ma carrière, je me suis inscrit à un Granfondo italien. J’ai fait la course du début à la fin pour me fritter avec ce niveau car ça roule très vite. Je gagne. Il puis il y a eu ce déclassement car visiblement les coureurs professionnels n’ont pas le droit d’y participer. Pourtant, chacun savait qui j’étais. J’avais mon maillot Raleigh sur le dos, je me suis enregistré à la course avec ma licence UCI : je n’ai pas menti sur mon identité. Il y a eu une petite polémique en Angleterre, quelques articles sur des sites internet italiens. J’ai décidé de ne pas répondre à tout cela.
 
Le programme de ton hiver ?
J’ai terminé ma saison il y a maintenant trois semaines. J’en ai profité pour faire trois triathlons, histoire d’entretenir la forme et de ne pas couper trop tôt. Cette semaine je termine un dernier cycle de musculation et de vitesse. Puis je pars pendant quinze jours en Nouvelle-Zélande pour une vraie coupure. Je vais commencer à préparer la saison 2014 à partir de mi-novembre. Je vais reprendre mes bonnes habitudes en travaillant sur piste et en faisant quelques cyclo-cross.


Voir plus d'articles de la même catégorie