Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Inoubliable

Ecrit par Martial HESPEL

Au terme d’une rencontre intense et très riche en émotions, le Nice Volley-Ball est venu à bout d’une magnifique équipe de Nancy pour rejoindre Orange en demi-finale de Ligue B.

Que dire ? Quoi écrire ? On s’en souviendra très longtemps de ce samedi 19 avril 2014 à Palmeira. Allez, on replante le décors. Nous sommes au match d’appui des quarts de finale de la Ligue B. Lors du premier match à Nice, Nancy a mené 2 sets à 0 avant de voir la team de Kasic gagner 3 à 2. Au match retour, en Lorraine, les Nancéiens collent 3 à 1 aux Niçois. Seulement septième de la phase régulièrement, Nancy surprend, étonne. Voici la belle. Il est 22 heures. Nancy est tout proche de réaliser l’impensable, ce que personne n’avait prévu. Les hommes d’Emmanuel Dumortier mène 2 sets à 1 et 22-15 dans la quatrième manche. En tribune de presse, les titres de déceptions, des médias locaux, pour illustrer les articles commencent à fuser. 

Sur le terrain, les hommes en bleu n’ont plus d’image, plus de son. Palmeira ne réalise pas. Intouchables à domicile depuis le début de saison, ses protégés vont tomber. C’est alors que le double mètres, venu tout droit de Roumanie, Ciprian Matei, se dirige, ballon en main, derrière la ligne de fond de court pour servir. Sincèrement, même les puristes, même les dingues du NVB, plus personne n’y croit. Deux aces de l’international roumain plus tard, un frémissement traverse Palmeira. Dumortier demande à ses joueurs de surtout rester très calme. Kasic attend… Grâce à une insoupçonné série de services agressifs, Matei va sauver Nissa (19-22 ; 20-22 ; 21-23). Nancy va alors se procurer deux balles de match (22-24). Au service, Mitrovic ne va pas trembler. Et grâce notamment à deux points de Borota en fin de sets, Nice va égaliser (27-25). 

« C’est un exploit »

Touché, coulé. Malgré une belle résistance, Nancy ne va jamais se relever et Nice va enfoncer le clou et tuer le match (2-0 ; 4-1 ; 6-1 ; 9-6 ; 13-8 ; 15-9). Palmeira en fusion. Alors bien entendu, il ne faut pas oublier que nous n’avons pas reconnu les Niçois pendant une longue partie du match. Mais laissé nous profiter de cette remonté. C’est un Raphaël Corre (Passeur), l’esprit ailleurs, qui s’est exprimé à l’issu de la rencontre. « Je n’ai pas de mot. Je ne sais pas quoi dire… On attendait depuis le début de saison une série de Ciprian au service. Elle arrive maintenant, au meilleur des moments, c’est parfait. Même nous on y croyait plus trop mais on voulait bien finir. Je pense que pour tous, c’est la première fois que ça nous arrive. » Une réaction qui va dans le sens de celle de Françis Nganga (Central). « J’ai rarement connu ça. C’est tellement rare de pouvoir revenir dans un match ainsi, dans une salle survolté et électrique. C’est exceptionnel. Nous étions pourtant vraiment au plus mal. On était mis en échec et chacun restait, dans sa tête, sur ses ballons perdus. On s’en sort grâce aux services de Matei qui relance tout. Puis on défend bien, avant de conclure d’une belle manière dans le tie-break. Gagner avec ce scénario c’est un exploit »

« On a du caractère »

Hommage. Bravo à cette formidable équipe de Nancy qui, pendant quatorze sets, aura poussé Nice dans ses derniers retranchements. Le terme est faible. Personne n’aurait parié un euro sur un tel scénario. En effet, le 9 novembre, Nice avait gagné 3 à 0 à Nancy avant de s’imposer sur même score à domicile le 15 février. « On a l’habitude de prendre le dessus et de mettre la machine en route », confie Nganga. « Mais Nancy n’a jamais plié et a pu compter sur une attaque et un bloc énorme. Bravo à Nancy et un grand coup de chapeau à mes équipiers. » Pour Corre, c’est une équipe transformée qui a mis en difficulté Nice. « Si Nancy passe en demi-finale il n’y a rien à dire. C’était logique. Cette équipe nous a mis en difficulté dans pas mal de secteurs. On galère depuis trois matchs contre eux. Ce n’est plus du tout la même équipe. Nous n’avions pas les solutions. Nous sommes des miraculés. Le point positif de ce match c’est qu’on a rien lâché. On a du caractère. »

Il faudra bien à tout le monde un bon dimanche et un bon lundi férié pour se remettre de ses émotions et digérer ce moment magique. Car, arrivé en demi-finale, Nice n’a jamais été aussi proche de la Ligue A. Samedi prochain, le Capitaine Rémy Kraska voit débarquer Orange, troisième de phase régulière, pour le match aller de la demie. « Il faut garder cette même énergie », prévient Nganga. « Il faut aller au bout maintenant », enchéri Corre. « On doit battre Orange. Ensuite, en finale, sur un match à Paris, on verra bien… Mais on veut aller le plus loin possible. » « Ce soir, en fin de match, nous avons retrouvé notre équipe qu’on a l’habitue de voir à domicile. J’espère que ce match va les libérer. J’avais déjà dis ça après le match aller… On reste invaincu à Nice c’est le principal », conclu, avec ambition, un Président soulagé, Alain Griguer. Mais encore une fois, merci aux dix-huit joueurs et aux deux entraîneurs pour cet inoubliable spectacle. 

(Crédit photo : Magsport06)



Voir plus d'articles de la même catégorie