Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Il n’y a pas de cassure »

Ecrit par Martial HESPEL

Longtemps leader de N3M, le Bâtiment a manqué ses trois rendez-vous cruciaux à Antibes, Corte et Istres. La saison n’est pas terminée mais le coach Vouillot se veut réaliste. Avant de recevoir Teyran samedi soir, il se confie.

Au début de la phase retour du championnat, alors leader de Nationale 3, Xavier Vouillot, coach du Bâtiment Nice, avait prévenu www.magsport06.fr. « On ne peut pas encore évoquer nos envies de monter en Nationale 2. Notre calendrier nous est défavorable puisqu’on se déplace à Antibes, à Corte et à Istres. » Quelques semaines plus tard, les Niçois n’ont pas réalisé la performance d’accrocher au moins un de ses trois rivaux : trois défaites. « On a pas réussi à faire l’exploit qu’il nous fallait pour voir plus haut. A Antibes, il nous a manqué l’état d’esprit. Corte, on mène largement avant de déjouer complètement en seconde mi-temps, c’est là que j’ai le plus de regrets. Istres, une très bonne équipe, meilleure que nous tout simplement. »

Longtemps leader, Nice a donc craqué lors des confrontations directes hors de ses bases mais le coach ne pense pas que cette position de proie a fait défaut à son groupe. « Je pense qu’on l’a plutôt bien géré car on a gagné pas mal de matchs d’un but. » En effet, cinq fois, le Bâtiment l’a emporté d’une longueur, preuve d’une maîtrise du stress en fin de match. « Ça nous plaisait d’être premier parce que ce n’était pas prévu au départ, ce n’était pas comme si nous étions favoris. Malgré tout, avant le match à Antibes, nous avions trois points d’avance. » En cas de résultat positif pour Nice, la première place aurait sans doute été définitivement en poche. « Je pense que nous si, justement comme eux, nous avions été en position de poursuivant, on l’aurait pris différemment. On a mal géré ce match au niveau de l’état d’esprit. » Mais la saison est bien loin d’être terminée. Si Antibes semble s’être définitivement accaparé le place de champion et donc la montée directe en Nationale 2, ils ont encore trois, Istres, Nice et Corte, en lutte pour le rang de dauphin, barragiste. Mais dans quel état mental est le Bâtiment après sa claque reçue à Istres, 33-20, synonyme de recul à la troisième place ? « Après Istres, nous n’étions pas déçus plus que cela, il y avait trop d’écart. Nous avons coupé la semaine dernière et cette semaine on s’est entraîné avec sérieux. Après c’est pendant les matchs qu’on verra si oui ou non on est bien reparti. On verra demain contre Teyran. Mais pour l’instant il n’y a pas de cassure. »

Plus que jamais, chaque point perdu contre des équipes de bas de tableau ne pourra pas se rattraper car, en cette fin de saison, une seule et unique rencontre va opposer les équipes de haut de tableau : Istres – Corte le 23 avril. Mais, pour aussi ne pas se mettre de pression, Vouillot estime que tout est figé. « Je vois Istres tout gagner sans problème. Même contre Corte. Il ne faut plus se faire d’illusion mais dans le sport on ne sait jamais. On jouera les cinq derniers matchs à fond pour ne pas avoir de regrets au cas où… Mais je n’y crois pas. » Et même si Corte a battu Istres en Corse à l’aller 31-26 ? « Les équipes corses, notamment en fin de saison, ne sont jamais les mêmes à l’extérieur par rapport au match à domicile de début d’année. Et puis le jeu de Istres ne va pas à Corte. Comme à nous. Mais, on va rester sérieux. Il peut y avoir des surprises, mais le classement final reflète la valeur des équipes. Antibes et Istres sont meilleurs que nous. »

Alors – et même si Nice peut toujours monter en Nationale 2 – tournons-nous déjà, un peu, vers 2017. On le sait, une grosse demi-douzaine de titulaires potentiels en Nationale 3 sont arrivés cette saison. Mais seulement cinq Licence B sur une feuille de match possible. Il fallait faire des choix chaque week-end. Ce groupe a montré de réelles qualités. Alors, avec un recrutement minimaliste mais ciblé cet été, Nice sera-t-il favori pour la montée la saison prochaine ? « Si on reste troisième, que je garde mes joueurs et que j’en recrute deux ou trois, évidement. Mais il y a toujours une histoire de budget. Ce n’est pas facile. Mais on peut aussi encore terminer quatrième et même cinquième. Là ce n’est pas pareil. On fera des retouches, mais ça coûte de l’argent alors je ne peux pas encore me prononcer, pour ces raisons mais aussi vis à vis de notre place finale cette année, sur les futurs objectifs. »

(Crédit photo : Magsport06)



Voir plus d'articles de la même catégorie