Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Franchir un palier mental »

Ecrit par Martial HESPEL

Bien calé en milieu de tableau, l’Excellence Territoire Masculine du Pays de Grasse vit une fin de saison moins stressante que l’année dernière mais peut faire mieux encore. Coach avec Jean-Pierre Dodero, Maxime Dortel livre son sentiment.

Maxime, le week-end dernier, Grasse est passé proche d’une belle victoire contre Antibes, un revers 25-26. Comment qualifier cette rencontre ?

Le match a été rude, un match d’homme, comme diraient certains. J’avoue que le premier quart d’heure m’a inquiété parce que l’intensité défensive a été très relevée des deux côtés et, comme les arbitres ont souhaité laisser cette marge d’action aux joueurs, j’avais peur que ça puisse déraper. Étonnement, les choses se sont calmées d’elles-mêmes entre la fin du premier quart d’heure et le dernier quart d’heure du match.

Dans les quatre dernières minutes, six 2’ vont être distribuées, trois de chaque côté…

Evidemment, avec une telle intensité, un score aussi serré, notre volonté de laver notre honneur un peu perdu au match aller et l’obligation de résultat pour Antibes avec leur objectif de montée, la fin de match ne pouvait être que compliquée. Le contexte a provoqué des réactions inutiles, heureusement jamais au-delà de l’acceptable.

Tes sentiments ?

Forcément de l’amertume et de la frustration. Fournir une prestation de cette qualité, avec cette envie, en évitant les grosses pertes de pression collective, en menant pendant une grande partie du match et finir à un but derrière en ayant toutes les armes pour que l’issue du match soit en notre faveur, on ne peut qu’être déçu en sortant du gymnase, car, il faut être honnête avec nous-mêmes, on a gâché facilement six ou sept ballons immanquables, que ce soit sur des jets de 7 mètres ou sur des contre-attaques. Alors on pourra toujours ressasser les faits de jeu de fin de match, faire une analyse du money time et trouver un coupable, se plaindre des faits de jeu qui ne nous ont pas aidé, on ne fera que s’attarder sur la surface du problème.

Il y a donc du positif ?

Je garde en tête cette envie, ce niveau de défense, cette cohésion, ces options défensives qu’on a prises à certains moments du match et qui ont fonctionné alors qu’on avait eu très peu d’occasions de les travailler, ces capacités de lecture de jeu en attaque qu’on s’est trop peu souvent attaché à utiliser. En résumé, c’est l’un des matchs les plus aboutis de l’année. Je sais pertinemment qu’il va être difficile de convaincre les plus déçus qu’il y a eu des éléments plus qu’encourageants.

Ce type de match doit servir pour l’avenir ?

L’étape suivante pour tous ces joueurs qui constituent le futur de notre club, c’est être capable de fournir ce type d’envie et d’intensité même dans les matchs où l’opposition est beaucoup moins forte : après un match comme celui-là, on ne peut pas accepter d’être moins bon parce que l’adversaire est moins fort. C’est un palier mental qui est loin d’être facile à faire passer mais notre niveau de jeu ne doit pas être dépendant de notre adversaire.

En milieu de tableau, l’équipe ne joue plus rien mais il lui reste trois matchs à disputer. Avec quels objectifs ?

On joue à BTP, qui voudra évidemment prendre une revanche sur le match aller en plus de préserver ses chances pour la montée. Nous avons la réception de Hyères et finalement un déplacement à Saint-Raphaël. Tout ce que je souhaite, c’est que les joueurs s’interdisent de lever le pied : après un tel match, l’exigence sur le long terme est naturellement montée d’un cran. On sera tous heureux de profiter d’une bonne trêve estivale une fois ce devoir accompli avec la manière, je l’espère. La saison a été remplie de sentiments intenses et opposés, on prendra le temps de tous y réfléchir après le 28 mai.

(Crédit photo : Magsport06)



Voir plus d'articles de la même catégorie