Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Eviter d’avoir le couteau sous la gorge »

Ecrit par Martial HESPEL

La première journée de la Ligue Féminine débute ce week-end. L’occasion d’un tour d’horizon de l’actualité de Cavigal Nice Basket 06, promu, avec son entraîneur Rachid Méziane.
 
Rachid, on approche du jour J. Impatient ?
Oui nous avons envie de le vivre. L’Open c’est toujours un événement sympathique à vivre où on retrouve toutes les équipes. Ce week-end permet ainsi de voir tout le monde, les filles se connaissent car elles se côtoient depuis plusieurs années maintenant. Il nous manque encore une petite semaine d’entraînement. Jeanne Sanghor-Sy, notre international sénégalaise n’est arrivée que jeudi matin. Vu que nous jouons dimanche, nous auront deux entraînements à Paris pour affiner la préparation.
 
Comment a été gérée l’inter-saison 2013 par rapport à 2012 ?
Les deux sont différentes. L’an dernier, pour la Ligue B, j’avais un groupe qui physiquement était déjà prêt au niveau de la densité et du contenu athlétique à proposer sur le terrain. J’avais des joueuses de très bon niveau et pour cette division et il n’y avait pas grand chose à travailler sur ce plan là. Par contre, la Ligue Féminine étant d’un niveau supérieur où la dimension physique est plus importante, il a fallu durant l’été développer les filles physiquement : musculairement, course et aérobie.
 
Plusieurs joueuses sont arrivées cet été. La mayonnaise prend comme souhaitée ?
Le groupe vit très bien. Anna Montanana (32 ans) ou encore K.B Sharp (32 ans) sont arrivée chez nous en acceptant un message clair : aider les jeunes joueuses à progresser comme Christelle Diallo, Margot Vidal-Genève et Laetitia Guapo. Elles prennent leur rôle très à cœur. Tout cela fait que le groupe se sent bien. Et puis nos joueuses qui étaient au Cavigal la saison passée ont été très disponibles pour accueillir les nouvelles. Je ne ressens aucune tension dans le groupe. La concurrence est saine aux entraînements.
 
« C’est toujours bien d’avoir des satellites »
 
Avez-vous un objectif de victoire à mi-saison ?
Précisément non. C’est difficile à dire. Mais l’objectif principal de la saison est d’éviter de jouer les trois ou quatre derniers matchs avec le couteau sous la gorge. Pour ça il faudra comptabiliser un maximum de victoires à domicile et pour garder la tête hors de l’eau. Bourges et Montpellier ont de grosses ambitions dans le championnat et au niveau européen. Basket Landes est aussi habitué aux joutes européennes. Nantes c’est costaud également, Lyon a conservé son noyau de la saison passée. J’ai cité pas mal d’équipes qui sont plus solides que nous et qui ont l’habitude de l’élite féminine. Si je me positionne juste derrière ce beau monde je serais content. Les championnats sont toujours différent mais avec douze victoires je pense qu’on aura fait le travail. Il nous faut un minimum de faux pas à domicile et essayer de faire de bons coups à l’extérieur. Outre le nombre de victoires, on sera très attentif au contenu. Le groupe est jeune et les filles doivent progresser. On regardera donc la maîtrise même si à la fin se sont les victoires qui feront la différence.
 
La réserve espoir qui évolue en NF2 a déjà repris depuis deux journées son championnat. Votre regard est aiguisé sur cette équipe ?
Oui. J’ai été longtemps responsable d’un centre de formation à Challes-les-Eaux et puis si j’ai accepté d’entraîner Nice c’est parce qu’on m’a demandé de m’intéresser à la formation : la NF2 espoir et les cadettes. Le recrutement dans ces catégories est bon. Il y a de la qualité. Nous avons accueilli des joueuses qui ont un parcours d’excellence entre guillemets. C’est important pour nous de s’asseoir sur de bonnes bases. La NF2 a très bien débuté son championnat contre une autre équipe espoir : Montpellier. Elle est ensuite tombée sur une équipe de Monaco, certes promue, mais qui possède un très bel effectif de NF2. Les cadettes ont elles perdues contre Montpellier mais le groupe est très jeunes. Nous avons volonté d’être sur une saison de transition avec elles : nous avons surclassé des minimes pour qu’elles progressent plus vite. Les résultats seront ce qu’ils sont mais nous allons surtout nous atteler à la formation et à gérer au mieux les passerelles entre espoirs et pros et entre cadettes et espoirs.
 
Roquebrune a refusé la montée en NF1. Hormis le Cavigal qui se trouve en LFB, le reste de peloton des Alpes-Maritimes se trouve en NF2 (Roquebrune, Monaco et Saint-Laurent). Cela peut devenir un souci pour ce qui est du réservoir local ?
Je trouve ça dommage. C’est vrai que nous sommes dans une conjoncture économique où on ne peut pas négliger le budget. Roquebrune avait ses raisons en interne et je ne peut pas me permettre de dire si cela est bien ou non. Malgré tout, c’est toujours bien d’avoir des satellites autour des clubs pros pour envoyer des jeunes joueuses du centre de formation jouer en NF1 ou NF2. Je pense à Roquebrune ou à Monaco. C’est intéressant pour les filles car avec le bon niveau de ces équipes et notre suivi, allié à un projet bien précis qu’on leur propose, on peut les envoyer sous un autre maillot pour les récupérer plus tard. Maintenant, je ne suis pas à Nice depuis assez longtemps pour dire si cela va avoir un impact ou non sur la masse avec les plus petites catégories. Sur le long terme sans doute. Il est plus intéressant d’avoir un maximum d’équipes le plus haut possible. Oui j’aurais aimé voir Roquebrune en NF1.


Voir plus d'articles de la même catégorie