Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Et si Antibes loupait son coup ?

Ecrit par Martial HESPEL

Inenvisageable en début de saison grâce à huit victoires consécutives, Antibes, qui a bâti une équipe pour monter en NF1, est à deux doigts de tout voir s’effondrer…

Immense désillusion samedi dernier pour la NF2 d’Antibes. Une défaite 24-23 à Bouc Bel Air qui condamne quasiment l’équipe de Fabrice Blonbou à jouer, au mieux, la deuxième place du championnat et donc un barrage pour espérer monter en Nationale 1.

Alors oui, l’effectif Azuréen était diminué. Jessica Moriscot, qui attend un heureux événement, ne joue plus. Lisa Crespin, qui vient d’être opérée du nez, a joué, mais n’a pas marqué et deux autres éléments avaient été mise au repos toute la semaine. Bejaoui était absente. Mais Blonbou réfute catégoriquement de mettre en avant cette situation pour expliquer la défaite. « Ce n’est pas la cause de l’échec. »

Revenons au match. Antibes commence bien. Très bien même, en menant 2-5 après neuf minutes de jeu. Rien d’exceptionnel, mais une attitude à la hauteur des ambitions du coach. « Nous avons commencé le match en respectant le plan de jeu et nos valeurs. » Sauf que voilà, lors des vingt minutes suivantes, donc jusqu’à la mi-temps, les équipières de la gardienne Sonia Bonche ne vont marquer que deux fois. Oui. Deux buts en vingt minutes. Pour une équipe qui aligne Gomis, Stoll, Chassaing ou encore Bel, c’est bien pauvre : incompréhensible. Les locales mènent à la pause 10-7. « Nous avons été suffisants et l’adversaire s’est réveillé. Ensuite nous avons été pris à notre propre jeu puisqu’il était impossible de se remettre dans le match et nous avons accumulé un nombre impressionnant d’erreurs qui ont parfois largement dépassé les limites du ridicule. » Pour www.magsport06.fr, Fabrice Blonbou ne se cache derrière aucune excuse. Sincérité à couper au couteau. 

Deux buts marqués en vingt minutes

En début de seconde mi-temps, le score continue d’enfler : 12-8, 16-10, 18-11. A l’aube du dernier quart d’heure, Antibes affiche sept longueurs de retard. Une demi-heure catastrophique, qui s’explique aussi par le fait que Bouc Bel Air va subir sa première suspension temporaire de deux minutes à la… 56e minute. Alors qu’Antibes va se retrouver en infériorité numérique suite aux suspensions de Crespin à la 19e, Gomis à la 29e, Cots à la 32e et à nouveau Crespin à la 34e. Antibes ne va donc pas obliger son adversaire à se mettre à la faute. Pire, les gagnantes ne vont concéder aucun jet de 7 mètres ! Hallucinant. Blonbou ironise. « Le fait que l’adversaire prenne une seule fois deux minutes et ne concède aucun penalty dans un match, plutôt bien arbitré, laisse comprendre la vigueur et l’abnégation que nous avons démontré en attaque. »

Mené 18-11, Antibes va alors se révolter et tenter de relever la tête. Très vite, le score va passer à 19-16. « Face à l’obligation de faire quelque chose coïncidant avec l’adversaire qui commençait à avoir peur de manquer son exploit, nous avons joué comme au début : collectivement et avec cohérence. » Trop tard. Malgré deux derniers buts de Audoin et Chassaing dans la dernière minute, Antibes va échouer à 24-23.

Nîmes hors d’atteinte ?

Conséquence. Antibes se retrouve à trois points de Nîmes. Clermont n’a qu’une unité de retard sur les Azuréennes et mine de rien, avec sa victoire, Bouc Bel Air est revenu à quatre longueur d’Antibes. Alors, lorsqu’on demande à Blonbou si l’affaire est entendue pour la première place, qui donne le droit de passer directement en Nationale 1 : « Pratiquement oui, nous n’avons plus notre destin entre les mains en ce qui concerne cet argument. » Malgré tout, Antibes doit encore jouer Nîmes et Clermont. Il faudra donc impérativement battre les Nîmoises et surtout, peut-être le plus important, ne pas se louper contre Clermont. « Clermont est promu et n’a rien à perdre donc elles sont même avantagées psychologiquement par rapport à nous. Si nous continuons avec cette inconstance, Clermont nous passera devant ainsi que Bouc. Concernant Nîmes, il faut qu’elles laissent des points ailleurs. La situation par rapport à l’objectif n’a que très peu évoluée mais la manière d’y arriver que nous démontrons est plutôt inquiétante. Si nous n’avons pas d’ingrédients à mettre en plus sur les sept matchs qu’ils restent à disputer, nous allons au devant d’une grande désillusion. »

Pour rester optimiste, on peut se dire que, lors du match de barrage, la Dream Team antiboise a clairement les moyens de balayer une saison, non pas ratée, mais en demi-teinte pour le moment. Mais, chaque chose en son temps, c’est à la fin du bal que l’on fera le bilan. Sept journées à disputer, c’est peu, mais énorme à la fois. Mais Antibes, avec Clermont à un point et Bouc Bel Air à quatre, n’a plus le droit à l’erreur. 

(Crédit photo : OAJLPHB)



Voir plus d'articles de la même catégorie