Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Essayer de finir la saison en beauté »

Ecrit par Martial HESPEL

L’entraîneur de la Pré-Nationale Féminine du Stade Laurentin Basket-Ball se livre avec émotion sur les difficultés inhérentes à la Covid-19 et les répercussions sur son groupe dont le dernier match remonte au 27 septembre. De son côté la FFBB a préconisé un retour à la salle pour le 20 janvier et le début des rencontres trois semaines plus tard. Une interview à retrouver sur le site internet de la Fédération Sportive du Stade Laurentin.
 
Geoffrey, quel est ton sentiment sur cette nouvelle coupure qui dure plus longtemps que prévu ?

Sincèrement et en toute transparence, je m’attendais à cette décision de retrouver si tard le salle. Je n’avais pas du tout envisagé une reprise en décembre. Je fais partie des rares qui, vis à vis aussi de mon expérience personnelle, pensent que la santé passe avant tout. C’est primordial. Je respecte donc les directives du gouvernement et je pense vraiment qu’il n’est pas évident d’être à sa place aujourd’hui. Nous, nous ne sommes que des basketteurs amateurs. C’est secondaire.
 
Comment as-tu organisé ton quotidien à partir de début octobre au moment où les salles n’étaient plus accessibles ?

J’ai conservé deux séances en extérieur qui étaient à 90% consacrées à la piste pour entretenir un bon cardio et une bonne condition physique. Nous avions, certes, un terrain, extérieur, mais il fallait le partager avec toutes les autres catégories du club. De mon côté, mon maître-mot était de maintenir l’intensité nécessaire car à l’époque nous ne savions pas où nous allions. Je pensais que si nous devions reprendre très vite, tout allait se jouer, non pas sur les qualités intrinsèques de basket, mais bien sur le physique et la condition pour tenir sur la durée d’un match. On a donc oublié la tactique pendant quelques temps.

Comment vont tes joueuses sur le plan psychologique ?

Les filles comprennent ce qui arrive en ce moment. Elles ont parfaitement conscience de la situation et respectent les règles. Elles sont juste tristes de ne pas pouvoir pratiquer leur sport, leur passion. Mais leur état d’esprit est excellent.
 
Tu le ressens depuis le début du confinement ?

Oui. Depuis le premier jour, elles suivent un programme très précis de séances à réaliser mise en place par Nike Training. Elles doivent réaliser trois séances par semaine dont une que l’on fait ensemble par visioconférence. Mon assistante, Jessica Ramirez, tient à jour de façon très précise les statistiques des filles sur chaque séance et je peux vous dire qu’elles font tout à fond avec une rigueur et une motivation incroyables. On continue tout le mois de décembre. On le fera jusqu’au 20 janvier si d’ici là on retrouve la salle. On sait qu’on va devoir repartir de loin au niveau de la tactique et du basket, alors, pour gagner du temps, les filles doivent être prêtes à encaisser physiquement. Je pense, d’ailleurs, lorsqu’on retrouvera la salle, ajouter une séance de physique en plus de deux au gymnase.
 
Comment as-tu réagi au délai de trois semaines préconisé par la FFBB entre le retour en salle et celui de la compétition ?

Ce sera très compliqué. Très dur. On traverse une si longue coupure, encore plus longue que durant l’été. Et puis, nous sommes en plein hiver, c’est aussi très différent. Mais, c’est faisable. Tout est jouable. De toute façon, nous n’aurons pas d’autres choix que de nous adapter, on le fera tout en donnant le meilleur de nous même. Mais je ne suis pas inquiet. Je tiens vraiment à féliciter les filles pour leur état d’esprit. Je veux à mon tour tout donner pour ce groupe. Il est extraordinaire. Avoir leur comportement et leur motivation pendant ce confinement, c’est fort. On s’appelle tous les dix jours pour faire un point et elles sont de plus en plus motivées. Je ne les lâcherai jamais.
 
Impossible de définir un objectif précis à ce stade ?

On va essayer de reprendre et de finir la saison en beauté. Les filles le méritent. On verra en temps voulu si nous avons les résultats espérés mais on donnera le meilleur et pouvoir reprendre notre activité, notre loisir et notre passion sera déjà une première victoire.

(Crédit photo : Blog de Zette)



Voir plus d'articles de la même catégorie