Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Changement de propriétaire ?

Ecrit par Martial HESPEL

Science fiction ou non ? A vous d’en juger. Pour aiguiser votre opinion, Magsport06 a décidé de vous détailler les six raisons qui poussent à croire que le Gym sera bientôt en vente.
 
Un stade flambant neuf
C’est un rituel qui est devenu très français. Un nouveau stade est de plus en plus souvent synonyme d’une relégation sportive ou financière la saison suivante, la faute à des dirigeants, gourmands d’évoluer dans une enceinte clinquante, qui ont mis de côté la composition d’un effectif compétitif ou ont trop bluffé au poker, et ont vite été rattrapés par la patrouille, Madame DNCG. Le Gym lui, faute d’avoir été brillant, est parvenu, quoi qu’on en pense, à rester en Ligue 1. Une aubaine et un miracle tant les difficultés financières étaient évidentes, agrémenté de quelques tensions, difficilement camouflables, au sein de l’effectif. Le Gym, possède ainsi en plus de l’attractivité de la Côte d’Azur, un outil de travail dernier cri. Les venues de l’équipe de France avant le mondial, mais aussi du Barça plus récemment, n’y sont pas étrangères et offre une belle vitrine. Rajoutez à cela l’aéroport situé à peine à cinq kilomètres de l’Allianz Riviera et la ligne 2 du tramway qui sera livrée d’ici trois ans… Son accessibilité sera simplifiée.
 
Charles Ehrmann au gout du jour
Des générations entières de gloires du club s’y sont succédées. Les terrains d’entraînements à Charles Ehrmann, et ses illustres préfabriqués, indignent d’un club de l’élite du football français et de la cinquième ville de France, ne seront plus qu’un ancien souvenir. Il y a quelques semaines, le club a en effet annoncé l’arrivée prochaine d’un tout nouveau centre d’entraînement et de formation, dessiné par l’architecte Jean-Philippe Cabane. Là aussi, un outil tout neuf qui permettra à un futur acquéreur d’éviter de sortir son carnet de chèques d’ici quelques saisons pour d’éventuelles rénovations. Un projet qui s’alignera sur l’Allianz Riviera. Ainsi, sur un seul et même lieu, les terrains d’entraînements des professionnels, le centre de formation des jeunes, ou encore le siège social, feront chambre commune dans l’optique de créer, si cela n’est pas encore le cas à Nice, une véritable communion des valeurs : vivre, échanger, travailler et se sentir bien ensemble. Ca donne envie non ?
 
Un recrutement bien pauvre
Depuis quelques saisons, le mercato du Gym est assez calme. Une attitude expliquée, peut-être pas par une certaine frilosité à tenter des coups de pokers (quoi que…) mais surtout dans l’optique d’assainir les finances du club. Est-il encore utile de le rappeler mais lors de sa venue à Nice il y a deux ans, et malgré sa fantastique première année, Dario Cvitanich n’était pas, loin de là, une star argentine. Pour preuve, Nice ne l’avait acheté que 400.000 euros. Nice a également beaucoup misé sur le travail de formation, qui a vu la génération Hassen et Bosetti, remporter la Gambardella en 2012. Une génération qui, hormis les deux cités, et Maupay ou encore Amavi, ont beaucoup de mal à franchir les paliers et à s’imposer en Ligue 1, malgré une multitude de contrats professionnels signés. Aujourd’hui, oui les Albert, Constant et Koziello ont du temps de jeu lors des matchs amicaux, mais cela est aussi la résultante d’un recrutement extérieur très pauvre en quantité. D’autres comme Veronese, Dao Castelana ou Rougeaux, n’ont pas encore vu le jour. Le premier cité est parti, le deuxième s’est vu refouler d’Ajaccio suite à un essai, le troisième végète en CFA.
 
Les gros salaires priés d’aller voir ailleurs
Nice aura donc touché quatre millions d’euros pour le départ de David Ospina à Arsenal. Des gros salaires sont partis comme Civelli, Pejcinovic ou encore Abriel et plus anciennement Sablé, Clerc, Meriem ou Hellebuyck. Digard ne fait visiblement plus parti des plans de l’entraîneur – le milieu de terrain n’a pas joué la moindre minute en match amical – même si Jean-Pierre Rivère s’entête à expliquer qu’il ne partira pas. Jérémy Pied, mis à l’écart en début de préparation, a finalement été réintégré, aucune offre n’est arrivée à Nice pour recruter l’ancien lyonnais. La rumeur d’un départ de Bauthéac se transforme jour après jour en certitude. Nice espère toujours vendre Kolodziejczak, non par faible niveau du garçon, mais parce que le chèque risque d’être agréable à recevoir. Son transfert en Angleterre a capoté au dernier moment. Les valises du défenseur étaient prêtes, il n’avait pas été retenu pour le stage de Divonne-les-Bains. Qui sera le prochain sur la liste ?
 
Deux procès rangés aux archives
Juste après la fin de la dernière saison, Nice a été fixé sur deux procès en cours. Les deux perdus, le Gym a été condamné à verser un total d’un million six cent mille euros. La première somme concerne le Portugais Yannick Djalo qui avait signé au Gym à l’été 2011. Mais, à cause de documents administratifs parvenus à la Fifa quatre minutes après l’heure fatidique de minuit, le transfert n’a pas été homologué et Djalo n’a jamais porté le maillot niçois. Le Sporting Portugal n’a pas lâché le morceau et a malgré tout demandé à Nice de payer le montant du transfert d’un million d’euro. Procès gagné par les Ibériques. Le deuxième chèque que devra signer Jean-Pierre Rivère, ira dans la poche de l’ancien joueur puis entraîneur du Gym, Eric Roy. Le club l’avait renvoyé il y a deux ans pour faute grave. La cour d’appel d’Aix-en-Provence a donné tort au Gym. Alors, même si aujourd’hui Nice doit passer à la caisse, ce sont deux dossiers venimeux qui sont maintenant aux archives dont ne devront plus s’occuper de futurs acquéreurs.
 
Une communication rassurante
Ce lundi, pour bien débuter la semaine, le site officiel du Gym a annoncé que le partenariat avec son sponsor principal, les Mutuelles du Soleil, était reconduit. Histoire de prouver à quiconque est intéressé par le rachat, que l’OGC Nice peut compter sur des partenaires financiers fidèles, hors de la municipalité. Cette dernière, et ce n’est pas toujours le cas en France, est très présente dans la vie du Gym avec un député-maire, Christian Estrosi, qui a redoré l’image du sport niçois, accompagné de son adjoint Gilles Veissière, niçois de naissance et ancien arbitre international de football. L’OGC Nice a également renforcé cet été un partenariat, concernant la formation des jeunes, avec l’un des meilleurs clubs de National, l’Etoile FC Fréjus / Saint-Raphaël. Enfin, en prenant la vague de la notoriété grandissante de l’équipe de France de football féminin, le Gym a lancé depuis quelques saisons un grand projet pour devenir à moyen terme un club important dans le monde du football féminin français.
 
(Crédit photo : Cynthia Amato)


Voir plus d'articles de la même catégorie