Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Cette saison n’a pas trop existé »

Ecrit par Martial HESPEL

Après avoir vécu une montée en PNM de façon confinée, sans frisson, Jean-Michel Charloton, coach de l’AS Cannes – Mandelieu Handball, n’a pu jouer qu’une fois en septembre avant l’arrêt.

Jean-Michel, quelle est aujourd’hui la situation de ton équipe ?

Nous sommes à l’arrêt total. Nous avions tenté de nous remettre en route mais le premier couvre-feu de 20h nous a mis un coup derrière la tête. Les garçons travaillent jusqu’à 18h voir même 19h et il était alors impossible d’organiser quoi que ce soit. Le second de 18h nous a assommés. Depuis, les garçons s’entraînent de leur côté. Du moins pour ceux qui le peuvent. Ça a contraint tous les clubs à s’organiser le week-end. Moi, personnellement, j’estime que ce n’est pas toujours possible. La semaine tu cravaches et samedi et dimanche c’est pour la famille, les enfants et soi-même. 

D’autant plus qu’il n’y a aucune visibilité ?

Nous sommes des compétiteurs et nous sommes un sport d’intérieur. Faire venir les gars uniquement pour courir, c’est une prise de risque et peut-être de blessures qui impacterait aussi leur vie privée. J’attends avec impatience que la situation sanitaire se tasse pour récupérer mes gars et que déjà nous puissions nous voir, nous regrouper.

L’avenir t’inquiète ?

Je ne pense pas que ça va s’améliorer de sitôt. Mais pour tout le monde, notamment les mineurs, c’est difficile. Un jour tu peux t’entraîner, les dirigeants mettent ce qu’il faut pour que la machine reparte et le lendemain c’est plus possible. Dans quel état allons nous les récupérer ? Physiquement je pense que ça devrait aller. Mais psychologiquement c’est autre chose même si chacun sera content de reprendre le chemin de la salle mais on sait que la machine fonctionne bien seulement si le moteur est en bon état.

Quels sont alors tes liens avec les garçons ?

J’essaie de les avoir soit par les réseaux sociaux ou par un appel. On varie les plaisirs mais ce n’est pas évident. L’entraînement manque beaucoup : énormément. Dès que les instances nous annoncent la fin de la crise, on reprendra. Le travail avait déjà commencé, il faut juste le peaufiner. Cette saison n’a pas trop existé. Et encore, nous avons eu le grand plaisir de jouer un match, il y a des équipes qui n’ont même pas eu ce loisir une seule fois. On attend la suite des annonces, mais la reprise ce n’est pas pour demain.

(Crédit photo : Ln Villard)



Voir plus d'articles de la même catégorie