Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Carlier court en tandem

Ecrit par Martial HESPEL

Quatrième dimanche dernier sur le Tour du Centre Var à Brignoles (toutes catégories), Alexis Carlier, jeune talent du Sprinter Club de Nice Jollywear, marque son retour après un début de saison éprouvant aussi bien mentalement que physiquement.

Lève la tête t’auras l’air d’un coureur. Alexis Carlier, avec un cœur gros comme ça, reprend le cours de sa carrière, qu’il avait mis entre parenthèses pendant quelques semaines. Deux mois après être devenu orphelin de son binôme Théo Conte, trop tôt emporté par l’asphalte de l’arrière pays grassois, Carlier reprend le rythme.

En aval du traumatisme psychologique, il doit aujourd’hui combler un souci physique. Il nous avait confié il y a deux semaines souffrir du genou. « Ça s’est déclenché lorsque j’ai repris le vélo après le décès de Théo. Je n’ai pas fait de sport pendant une semaine et j’ai très très mal mangé. C’était ma manière d’évacuer… Ensuite j’ai repris l’entraînement trop fortement avec un changement de chaussures et de mauvais réglages de cales. J’ai commis beaucoup d’erreurs de débutant malheureusement, j’espère que ma saison n’est pas foutue. » Loin de là. Dans un premier temps, Carlier a accroché son premier dossard sur le Critérium de Monaco le 30 mars dernier. Le jeune homme de 19 ans voulait simplement se faire une idée de sa forme et du tonus de son genou sans oublier de mettre le clignotant en cas de douleurs. Mais pendant la course, au lieu de rester au sein du peloton à attendre, il s’est montré assez actif en tête du course dans le premier tiers de l’épreuve, avant de terminer sagement dans le peloton.

« Je suis très content »

Dimanche dernier, sur le Tour du Centre Var, Carlier a véritablement lancé sa saison. Au terme des 115 kilomètres, il prend une très encourageante quatrième place, au sein d’un groupe de huit coureurs qui arrive pour la gagne. « J’ai axé ma course sur les deux coureurs d’Aix et en particulier Maldonado car je sais qu’il est très fort et qu’il possède une très bonne science de la course. Il place une grosse attaque dans le premier quart de la course et je l’ai suivi. Une échappée s’est formée puis on s’est fait reprendre une vingtaine de kilomètres plus loin. Il a de nouveau attaqué et je l’ai de nouveau suivi. Cette fois c’était la bonne, on s’est retrouvé à six puis Delarozière, son coéquipier d’Aix et vainqueur, est rentré avec un autre coureur. On a tous bien collaboré. Avec mon équipier de Nice Pascal Bousquet on savait que les deux Aixois étaient très rapides. Nous n’avions pas les jambes pour espérer les lâcher avant alors on a fait ce qu’on pouvait. Pour ma part je suis très content, c’est seulement ma deuxième course après Monaco et je fais une bonne performance, j’ai manqué de jus dans le final et n’ai pas pu profiter de mes qualités de sprinter pour essayer de leur tenir tête. J’avais des crampes et j’étais trop juste dans le dernier tour. »

« Je reste prudent »

Malgré tout, cette performance est plus que satisfaisante. « Pascal fait cinquième. On s’est bien entendu pendant toute la course, on ne se connaissait pas, il faut dire qu’avec les derniers événements et mon retard, je n’ai pas été très présent pour le Sprinter. Mais c’était agréable d’être échappé avec un équipier. » Reste maintenant à peaufiner, du mieux que possible, le côté mental, puisque le corps semble suivre. « Mon souci au genou se règle bien même s’il est encore fragile et que je dois faire attention. Il y a également une grosse part psychologique, du fait que j’y pense souvent lorsque je m’entraîne et que j’ai beaucoup d’appréhension à ce sujet. Ça a duré presque deux mois et les deniers événements ne m’ont pas aidé mentalement. Je pense que les blessures résultent aussi de ces chocs émotionnels. Je pense que c’est derrière moi mais je reste prudent malgré tout. Parfois il m’arrive d’avoir encore un peu mal mais encore une fois il y a un côté psychologique c’est certain, une fixation. » Une chose est certaine, les adversaires de Carlier devront le surveiller de près, car lorsque Alexis appuie sur pédale de gauche, c’est Théo qui actionne celle de droite.

(Crédit photo : Cynthia Amato)



Voir plus d'articles de la même catégorie