Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Cap sur la Pro D2 pour le Stade Niçois ?

Ecrit par Martial HESPEL

Propulsé dans une nouvelle division créée par la FFR, le troisième échelon, le Stade Niçois s’avance ambitieux et a construit pour cela un effectif capable de tenir sur la longueur.

La FFR se réorganise et cela profite au Stade Niçois. Auteur d’une belle saison malgré un arrêt prématuré suite à la crise de la Covid 19, le club se voit promu pour l’année à venir. La Fédération vient de créer la division Nationale qui va regrouper les quatorze équipes qui vont se battre pour monter en Pro D2. Une véritable antichambre des divisions professionnelles. 

Un format classique de 26 journées sera mis en place suivi de phases finales inspirées du Top 14 avec des barrages pour les clubs classés de la 3e à la 6e place et une qualification directe pour les demi-finales pour les deux premiers du classement. Des demi-finales qui se disputeront en match aller-retour avant une finale qui permettra au vainqueur de décrocher le titre de champion de France. 

Ce championnat va regrouper notamment des villes historiques du rugby français. Des noms qui résonnent : Albi, Dax, Tarbes, Narbonne ou encore Bourgoin. Deux clubs seront promus en Pro D2 – les finalistes – et deux autres descenderont en Fédérale 1. Le Stade Niçois vise ouvertement, à moyen terme, la montée. Pour le moment, un peu oubliés par les bookmakers pour cette année, sans doute dû à un statut de promu, les Maralpins joueront avec une couverture d’outsider qui va permettre, probablement, à chacun de travailler plus sereinement. 

Mais avant cela, il faudra créer une vraie cohésion et un réel projet de jeu commun. Sur un large effectif de 35 joueurs, quatorze n’ont pas été reconduit et autant ont signé. Et pour tenir sur un exercice, que chacun appelle de ses vœux complet et sans embûche, le staff et la direction ont misé sur un effectif plus solide avec des postes le plus possible non pas doublés mais triplés pour assouvir chaque moment nécessaire de repos ou de colmatage sans devoir faire d’impasse.

A défaut, peut-être, de réussir à monter dès la première année, Nice cherchera le haut de tableau et donc à minima une sixième place synonyme de phase finale. Et au delà du sportif, c’est tout un club, une ville même, qui doivent travailler dur et de façon conjointe pour gagner en infrastructure, en solidité et en compétence à tous les étages.



Voir plus d'articles de la même catégorie