Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Cagnes est passé à côté

Ecrit par Martial HESPEL

Le premier mars prochain, la Nationale 2 de Cagnes-sur-Mer va débuter à Marseille sa campagne de play-downs. Alors que tout le monde voyait le groupe de Glowacz (Photo) jouer la montée en troisième division, il n’en est rien.

Il y a quelques jours, le monde du volley-ball azuréen a été secoué par une énorme sensation. La Nationale 2 Masculine de Cagnes-sur-Mer, annoncé comme terriblement redoutable cette saison, n’a terminé que sixième sur huit équipes de la Poule B et jouera donc les play-downs : un seul objectif désormais, le maintien.

Et pourtant, l’été dernier, le club azuréen avait énormément fait parler de lui avec les arrivées sur son banc de l’emblématique Thierry Glowacz, mais aussi sur le terrain des tout frais vice-champions de France de Ligue B avec le Nice Volley-Ball, Remy Kraska et Francis Nganga. Un effectif très solide que certains annonçaient comme presque intouchable. Mais rapidement, sans forcément décevoir, on s’est vite rendu compte que rien ne serait simple. Avec deux défaites lors des six premières journées, Cagnes ne survolait pas son sujet. Mais le mois de novembre est venu plomber tout espoir de s’assurer un début d’année 2015 plutôt tranquille. Oui, Nganga s’est blessé et a été absent plusieurs matchs, mais cela n’explique pas tout. Dans un championnat ultra-homogène, Cagnes a enchaîné trois défaites face à Toulon et Agde, 3-2, en menant à chaque fois 0-2. Puis, cette lourde défaite, à domicile, 1-3 contre Alès. Les Cagnois ne parviendront jamais à rattraper ce déficit. « On a alterné le très bon et le mauvais. Je pensais qu’on allait pouvoir asseoir notre jeu sur une certaine régularité, ça n’a pas été le cas. Réunir de bons joueurs ne fait pas forcément une bonne équipe, la preuve », explique Glowacz à www.magsport06.fr.

Et puis, est arrivé ce dernier match, où six équipes pouvaient encore basculer en play-offs, comme un play-downs. Dingue. Gros avantage pour les Cagnois, eux jouaient à domicile, en recevant Toulon, le 31 janvier. L’expérience de groupe allait-elle parler ? Non. Cagnes s’incline trois sets à un. Les Varois, terminent deuxième, les Maralpins sixièmes. « On a démarré le match très crispé, trop même. Ce qui est étonnant c’est que la semaine précédente à Puygouzon, on se trouvait dans la même situation, mais les gars ont sorti un super match. »

« Approche mentale (…) certainement déficiente »

En effet, en ne terminant que sixième, Cagnes a pourtant battu deux fois le leader, Nice et aussi Puygouzon / Castelnau-de-Lévis, premier pendant très longtemps et qui ne termine que troisième après avoir enchaîné trois défaites en février. « Leur jeu nous convenait peut-être mieux. On perd nos deux matchs contre Toulon, Monaco et Alès. On ne peut pas dire que ces matchs n’étaient pas préparés de la part de nous tous. » C’est donc de la constance qui a manqué à cette équipe. En janvier 2015, en coupe de France et en championnat, Cagnes-sur-Mer a terminé part trois défaites à domicile face à la Nationale 1 de Mende, contre Monaco qui réalise le meilleur match de sa saison (14-25 16-25 22-25) et enfin donc Toulon un « match couperet. L’approche mentale de ces matchs a certainement été déficiente de notre part. » Et puis, il ne faut pas se le câcher, pour Cagnes, voir Nice et Monaco passer, eux, en play-offs, accentue la déception.

C’est donc avec un effectif qui n’a, logiquement, rien à faire en play-downs de Nationale 2, que Glowacz va devoir terminer sa saison. Comment ce groupe, qui n’avait sans doute pas prévu de conclure ainsi son aventure, va t-il se remettre en question ? Une démotivation ? « Je n’espère pas. En sport de compétition seule compte la réalité du terrain. On n’a pas mérité d’aller en play-offs : point. Maintenant l’équipe est suffisamment saine pour se ressaisir, c’est vraiment un groupe sain. Il y a deux façons de réagir à une déception. La mauvaise en te disant je méritais mieux et la bonne en continuant à bosser et en jouant les play-downs avec l’envie de gagner chaque point. »

En play-downs le principe est simple. Huit équipes au sein de la Poule J, celle de Cagnes. Les deux derniers tombent en N3M, le sixième jouera un barrage. Les points de la phase régulière sont conservés. Cagnes débute troisième avec onze points. Huit journées sont à disputer et les Azuréens débutent avec seulement cinq points d’avance sur le septième, qui jouera en N3M et quatre, sur le sixième, qui fera les barrages. La marge est là, mais reste faible. Il ne faut pas se le cacher, Cagnes-sur-Mer, sauf mutinerie au sein de l’effectif qui ferait chavirer le navire, décrochera assez de points pour se maintenir. Le groupe semble, malgré tout, bien vivre. Mais qui voyait les Cagnois jouer les play-downs ? Personne. Alors…

(Crédit photo : Magsport06)



Voir plus d'articles de la même catégorie