Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Boulevard pour le Cannet-Rocheville ?

Ecrit par Martial HESPEL

Deux ans après quitté la Nationale 2, le CCAB a fait un immense pas samedi soir pour la retrouver. L’équipe de Pierre de Marchi a gagné à Saint-Laurent, assommant du même coup la concurrence.

C’est ce qui s’appelle faire coup double. En terminant la phase aller de Nationale 3 par un succès 76-89 à Saint-Laurent, son dauphin, le Cannet-Rocheville s’est offert une marge, sans doute suffisante, pour décrocher en fin de saison le titre et donc la montée en Nationale 2. Dans un championnat où seul le champion monte, le CCAB possède deux victoires d’avance sur Saint-Laurent, plus un écart de +13 en vue du match retour. C’est-à-dire que si le SLB parvient à combler son retard de victoire, il lui faudra encore gagner de quatorze points au Cannet, sans, par ailleurs, connaître le moindre faux pas. 

Samedi soir, le basket maralpin amateur a connu un vrai succès, le club receveur se targuant même d’avoir battu son record d’affluence. Un contexte, qui a plu au coach du CCAB, Pierre de Marchi. « J’apprécie particulièrement ce type de rencontre à enjeux, de surcroit chez mon adversaire direct et ce dans une salle comble, chauffée à blanc et acquise à sa cause. Je suis galvanisé par ce type de contexte hostile, dans le bon sens du terme, tout comme mes joueurs. L’équipe de dirigeants de Saint-Laurent du Var avait préparé un vrai match de gala : animations, etc… Félicitations à eux ce fut une belle soirée », confie-t-il à www.magsport06.fr.

Sur le terrain, c’est bien un leader, au complet, qui va faire la course en tête en début de match (13-20), avant de voir l’outsider passer devant à la mi-temps (37-33). Puis, Saint-Laurent va payer cash un troisième quart temps loupé (21-37) pour au final, malgré un dernier round équilibré, s’incliner. « L’explication est double. Tout d’abord la philosophie de jeu n’était pas de prendre moins de points que mon adversaire mais d’en mettre plus qu’eux. Ensuite, le plan de jeu pré-établi eu-égard à une faille qu’il m’avait semblé déceler dans la défense laurentine n’a pas fonctionné. Donc en deuxième mi-temps j’ai changé diamétralement l’orientation de notre jeu. Je ne voulais l’essayer que deux ou trois minutes mais nous avons fini le match sur cette orientation au vue de l’impact offensif », analyse de Marchi.

Comme déjà évoqué, ce résultat offre donc deux victoires d’avance au Cannet sur Saint-Laurent et un score assez large en vue du match retour qui aura lieu le 9 avril lors de la dernière journée. Une marge de points assez confortable ? « Oui et non. Oui car c’est déjà un très bel écart à l’extérieur et surtout à Saint-Laurent du Var qui n’avait plus perdu dans sa salle depuis près d’un an. Non car nous sommes à moins de 30% de réussite aux lancers francs. La différence aurait pu être beaucoup plus lourde. » Malgré tout, alors qu’il s’était fixé un bilan maximal de deux défaites lors de la phase aller, de Marchi est en avance, avec un seul revers, lors de la troisième journée au HTV (90-88).

Une réussite qui le coach place également entre les mains et de son adjoint et préparateur physique, Fabian Unovis. « Le groupe vit bien. L’impact de Fabian en est l’une des raisons, si ce n’est LA raison majeure. En effet il fournit un gros travail de prévention et de préparation musculaire auprès de mes joueurs toutes les semaines. Cela leur donne beaucoup de sérénité quant à leurs possibilités physique. Ils savent qu’ils en ont sous la semelle. De ce fait quand il faut accélérer,  comme ce fut le cas à Saint-Laurent du Var au troisième quart temps, mes joueurs ne sont jamais fébriles mentalement. » Un travail collectif qui porte ses fruits et un Président, Yves Crespin, qui ne cache pas son enthousiasme sur les réseaux sociaux. « Après un match à suspense notre victoire fait taire les mauvaises langues de certaines personnes ! Allez le Cannet. » Peut-on lire sur Facebook.

En ayant également, très largement, la meilleure attaque du championnat, avec 89.45 points de moyenne, le Cannet-Rocheville peut voir venir. Surtout que, en fin de saison, en cas de baisse de régime, le groupe du CCAB va terminer par quatre matchs à domicile. Un vrai confort. Qu’est-ce qui peut empêcher en 2016 le Cannet-Rocheville de monter ? « Croire que le plus dur a été fait. Nous devons maintenant rester prudents et concentrés sur chacun des onze matchs qu’il nous reste. Et déjà sur le prochain match contre Castelnau, équipe que nous avions battu très difficilement après prolongation lors du premier match de la phase aller. Il est hors de question maintenant de se prendre les pieds dans le tapis sous prétexte que le plus dur a été fait. Le plus dur reste à venir. A savoir tenir à distance tous nos assaillants. »

(Crédit photo : Magsport06)



Voir plus d'articles de la même catégorie