Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Benchetrit, n°1 Français Junior sans coach

Ecrit par Martial HESPEL

Elliot Benchetrit est le nouveau n°1 Français au classement ITF Junior. Le nouveau classement vient de tomber et grâce à son succès de la semaine dernière sur un Grade 1 au Maroc, il devient 33e mondial Junior et justifie sa place parmi les meilleurs joueurs français.

Un excellent tournoi qui aurait pu ne pas avoir lieu, tout du moins pas aussi tôt. Le jeudi 21 avril dernier juste après sa défaite en huitième de finale du simple à Beaulieu-sur-Mer, un autre Grade 1, le Niçois a vu son entraîneur, depuis deux ans, Jean-Michel Pequery, lui annoncer qu’il souhaitait arrêter leur collaboration. Didier Benchetrit, père d’Elliot, qui suit de très près la carrière de son fils, témoigne pour www.magsport06.fr. « C’est vrai qu’en ce début d’année, il y avait beaucoup de déplacements et de la fatigue et Jean-Michel avait d’autres projets personnels qui étaient de plus en plus incompatibles. Peut-être que nous étions trop exigeants aussi. Mais au bout de deux ans, le bilan est très bon. Elliot a acquis, et nous aussi, des outils qui font que cela n’impacte pas ses résultats. »

En effet, Elliot Benchetrit, juste après l’annonce du départ de Pequery, s’est remobilisé pour atteindre la finale du double à Beaulieu-sur-Mer. Sur ce dernier Grade 1 au Maroc, il a atteint la demi-finale en double et a surtout décroché le plus grand titre de sa jeune carrière en simple en sauvant trois balles de matchs : 150 points pour le classement ITF. « Elliot a atteint une certaine maturité qui lui permet d’être capable de gérer cette situation. Nous, on sait qu’il a été énormément affecté et finalement il a réussi à gérer ça. Elliot avait perdu à Beaulieu contre un garçon du top 20 finaliste du tournoi (Le Canadien Sigouin ; ndlr). C’est normal que cela crée de la frustration, chacun le perçoit et le ressent comme il le souhaite. Mais ce qui est sûr, c’est que ce n’était pas très simple pour Jean-Michel. Il y avait les déplacements en avions et il avait pas mal de travail à coté avec d’autres joueurs, du coaching mental. Et puis, physiquement, il s’était blessé, c’était difficile d’assumer les entraînements d’Elliot. Il fallait trouver des solutions avec lui. Maintenant, c’est sans lui. »

L’organisation du Niçois est aujourd’hui simple, il essaye de s’entraîner avec certaines personnes qu’il apprécie. « En même temps, il attend les décisions de la Fédé pour Roland Garros, savoir s’il devra passer par les qualifications où s’il aura une wild-card en tableau : son classement actuel n’étant pas pris en compte. Je sais que la Fédé fera ses choix avec une certaine logique. Son nouveau classement doit lui permettre d’avoir sa place. » Avant cela, pour se préparer il jouera, comme au Maroc, un Grade 1 mais cette fois en Belgique. Puis Roland Garros. Puis… Le BAC S ! La suite ? Wimbledon et une tournée aux USA pour préparer l’US Open et après… C’est encore loin.



Voir plus d'articles de la même catégorie