Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Au VBSL, on joue la montée à treize »

Ecrit par Martial HESPEL

Après une première année sans saveur en PNM après sa relégation de N3M, Saint-Laurent semble lancé cette année pour retrouver les sommets. Nicolas Rémond, réceptionneur / attaquant de 33 ans mesurant 180 cm, y croit.

Nicolas (n°3) débutons par l’actualité la plus chaude, le succès en quatre manches face à Mandelieu (27-25 25-27 25-21 25-18) qui vous permet d’en être à trois victoires en trois journées. Comment avez-vous appréhendez ce premier test ?

On savait que ce serait une rencontre compliquée du fait de l’absence de notre coach (Pascal Drouot ; ndlr). On a quand même réussi à bien entamer le match. On s’est retrouvé à plusieurs reprises avec trois ou quatre points d’avance, mais on n’a pas su enfoncer le clou et Mandelieu n’a rien lâché et revenait toujours au contact. On réussit à arracher le premier set en sauvant deux balles de set.

La suite ne fût pas de tout repos…

Le deuxième set est exactement le même, mais tourne à l’avantage des visiteurs. Il est vrai qu’on ne s’attendait pas à une telle opposition, Mandelieu a vraiment une jolie équipe et leur défaite 3-0 contre Cannes n’est sûrement qu’une erreur de parcours. Nous on a un effectif assez complet. Ce qui nous a permis de faire des changements aux troisième et quatrième sets. Chaque entrée a été bénéfique et a fait du bien au groupe. Ce qui nous a permis de se détacher un peu lors des deux derniers sets. Je le répète encore et ce match nous l’a montré, une montée se joue à douze.

C’était important de se montrer souverain à la maison ?

C’est une victoire importante : on doit rester au contact des premiers. Mais ça prouve aussi qu’il y a encore du travail si on veut rivaliser avec les plus gros. Mais, encore une fois, chaque entrée a été bénéfique et a fait du bien au groupe. Entre autre Jérôme (Fasanelli ; ndlr) à la fin du quatrième et Aurélien (Bertrand ; ndlr) qui fait une superbe rentrée nous rendant la fin du match plus facile.

Revenons à ton cas personnel, tu jouais la saison dernière en Nationale 2, à Cagnes-sur-Mer, relégué en Nationale 3 et te voici au niveau Pré-Nationale. Pourquoi ?

L’année fût difficile sur un plan collectif, mais aussi individuel puisque je sortais de deux opérations du genou. Je ne me sentais pas à 100% et je ne pouvais pas évoluer à mon poste préféré. Cependant le projet de cette année pour la N3M de Cagnes était aussi très attractif, avec le retour d’anciens coéquipiers et copains entourés d’une nouvelle génération prometteuse (Championne de Régionale ; ndlr). Si j’ai choisi de signer au VBSL, c’est surtout parce que cela faisait longtemps que je voulais revenir dans mon club d’origine qui est aussi celui de ma ville. D’autant plus que mes parents en sont devenus présidents juste après mon départ à l’US Cagnes il y a plus de dix ans. Il est vrai que ce nouveau défi sportif a aidé à confirmer mon choix.

Aujourd’hui, tu es rassuré et tu te rends compte qu’il y a un super coup à jouer pour monter en Nationale 3 ?

Quand j’ai signé, je ne connaissais pas bien l’effectif, mais je savais que Pascal reprenait l’équipe – il m’avait déjà entraîné en N2M pendant une année (En 2012 au Nice Volley-Ball ; ndlr) – donc forcément autant sur le plan sportif que sur l’ambiance et la motivation du groupe j’allais avoir ce qu’il me fallait. Je dois avouer d’autre part que, lors des premiers entraînements, j’ai été très agréablement surpris par le niveau du groupe. Le fond de jeu était vraiment excellent, surtout pour une reprise, ce qui permet d’avoir des séances de qualité ! Mais il y a encore forcément du travail si on veut rivaliser avec les gros.

La concurrence te plait au sein de l’effectif ?

Le niveau est très homogène à tous les postes, on va devoir se battre chaque semaine pour pouvoir être dans le six de départ et c’est une bonne chose, parce que mon expérience m’a prouvé qu’une montée se réalise toujours à douze. Et ici, au VBSL, on la jouera même à treize. Le public aura aussi son rôle, c’est vraiment super, on a plus de monde qu’en N2M à Cagnes-sur-Mer. La semaine dernière il y avait même plus de public lors du match des filles (N2F ; ndlr) à Carton que pour le match de football de l’équipe fanion de Saint-Laurent (Aujourd’hui en PHB, encore en DHR il y a quelques saisons ; ndlr) qui se jouait au même moment juste à côté. J’en profite pour les remercier et les encourager à continuer de venir voir les matchs d’un maximum d’équipes du club.

Au delà de la victoire face à Mandelieu en quatre sets, il y a eu deux succès en trois sets contre les très jeunes équipes de Cannes et Cagnes-sur-Mer, quel est ton ressenti sur le tout début de saison et la mise en route du groupe ?

Deux formations effectivement très jeunes et nouvelles mais assez prometteuses, surtout pour Cannes. Il y a souvent de gros écart de niveau d’équipes en PNM, c’est aussi ce qui rend ce championnat difficile. On ne doit pas s’endormir, c’est dur de garder la motivation et l’investissement aux entraînements, mais heureusement le coach ne nous lâche pas et nous remotive dès qu’on se relâche un peu. Mandelieu c’était un premier test et les trois autres prochaines rencontres le seront aussi (Toulon, Nice et Grasse ; ndlr). Mais se sont trois matchs à notre portée que nous devons gagner. On a donc de quoi travailler et progresser avant d’enchaîner les deux matchs contre Antibes et Fréjus qui seront de sérieux rivaux. Antibes a surement envie de remonter tout de suite en N3M. Il faudra arriver sans défaite jusque là, pour essayer de leur mettre la pression.

La montée en Nationale 3 est dans les têtes ? Tout du moins les deux premières places pour jouer le Tournoi de Qualification au début de l’été prochain ?

Notre objectif est clairement d’atteindre le TQCN. Après ça sera plus incertain. Cette formule est compliquée, on a déjà vu des équipes dominer leur championnat et passer à côté lors du TQCN. A la différence d’un championnat, ce qui compte c’est la forme du moment, tout est remis à zéro, une équipe qui parait plus faible, peut être survoltée et en réussite le temps de deux matchs et une équipe logiquement plus forte peut aussi se crisper et mal jouer ce week-end là. Ça peut arriver à tout le monde.

(Crédit photo : VBSL)



Voir plus d'articles de la même catégorie