Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Au sommet, le CCAB prépare la N2M

Ecrit par Martial HESPEL

Il l’avait annoncé. Non pas par prétention, mais par confiance envers son travail et son groupe. Pierre de Marchi est champion de France de Nationale 3 avec le Cannet-Rocheville. Quoi de mieux pour appréhender la N2M ?

Une défaite et vingt et une victoires en championnat et une ambition affichée, depuis le début de saison, non seulement de monter en N2M mais aussi de décrocher le titre de championnat de France de la division Nationale 3. Arrivés au final four sans trembler, les hommes de Pierre de Marchi ont battu le samedi 21 mai en demi-finale l’Etoile de l’Ouest Pointe Noire sur le score de 99-98. Le lendemain, face au Vautour Club de Labatoir, succès 80-76 où le coach a pu travailler en amont. « Kévin – mon cameraman, que je remercie pour son engagement sans faille depuis deux ans à mes coté dans le staff – a filmé leur demi-finale afin de me permettre de travailler sereinement sur la tactique à employer pour la finale contre Vautour », explique le coach à www.magsport06.fr.

La demi-finale a laissé des traces dans les organismes, alors, avec son acolyte Fabian Unovis, de Marchi n’avait rien programmé le dimanche matin. « Il était nécessaire de reposer autant les esprits que les corps avant cette finale. » Mais le simple physique ne sera pas le seul secteur pour faire la différence. Les armes du Cannet-Rocheville vont parler. 

« Quand, en tant que coach, vous avez la chance de garder au chaud l’expérimenté Jean-Max Hejoaka pour la dernière minute d’un match rien ne peut vous arriver (rires). » L’ailier de 191 cm sera décisif dans les ultimes secondes de chaque round : quart, demie et finale. « Après, annoncer de jouer le titre avec cette équipe coulait de source. Comme je l’imaginais ces play-offs se jouent, au-delà du haut niveau physique de toutes les équipes engagées, exclusivement au mental et à l’expérience. Je n’ai cessé de le répéter à chaque fois néanmoins cette bonne santé psychologique est le fruit du travail acharné sur les organismes de Fabian Unovis tout au long de l’année. J’ai un groupe qui m’a montré, match après match cette saison, non pas qu’il savait jouer sous pression, mais que cette pression lui était nécessaire pour jouer. » 

Et une grande saison se fait également avec un grand meneur, à l’image d’une plaque tournante dans un onze au football et de Marchi n’a pas été déçu par celui qui l’accompagne depuis plusieurs saisons. « Je tenais à souligner la performance sur ce final four de mon expérimenté meneur de jeu David Morabito qui aura tenu les rennes de cette équipe d’une main de fer durant plus de 36 minutes sur chacun des deux matchs. Je le qualifiais de « chef d’orchestre » dans un précédent article, je peux peut-être envisager de parler sur ces phases finales de « maestro » (rires). »

Le CCAB est donc champion de France dans une division où pas moins de 144 clubs étaient répartis en début de saison dans douze groupes. « C’est une fierté. Tout d’abord pour l’ensemble des licenciés et supporters du Cannet, pour la ville et pour tous les bénévoles qui nous ont donné beaucoup de leur temps. C’est une fierté également pour les dirigeants Cécile Caselli, Sergio Guarino et le Président Yves Crespin qui ont été véritablement aux petits soins de l’équipe que ce soit dans l’organisation des déplacements, des repas (etc…) jusqu’au soutien indéfectible sur les abords du terrain, arborant fièrement leur tunique Cannetane. Ils désiraient plus que quiconque ce titre. Leur offrir reste personnellement ma plus grosse fierté du fait qu’ils m’ont toujours donné une confiance aveugle et totale dans mes choix de recrutement, de construction d’équipe et de philosophie de jeu. »

On referme le livre et on en ouvre un nouveau pour un retour du CCAB en quatrième division où le fameux derby face à Golfe-Juan / Vallauris va à nouveau nous passionner. Les mouvements ont déjà commencé avec deux départ et une arrivée. Alexandre Lefranc quitte la région pour raisons personnelles. L’arrière de 188 cm ne portera donc plus les couleurs du club à la rentrée. « Au-delà d’être un joueur talentueux qui commençait réellement à savoir défendre dur (rires), ses qualités humaines me manqueront et manqueront forcement au groupe ainsi qu’aux supporters et aux jeunes du club dont il était le coach (Junior et mini-basket ; ndlr). Je lui souhaite le meilleur pour son avenir, il le mérite et il sait que les portes de la salle Principiano lui seront à jamais ouvertes. » Autre départ, pour raisons professionnelles suite à une réussite à un concours, celui du pivot de 198 cm, Mathieu Russo. « Egalement très impliqué chez les jeunes, il laissera un vide au sein du club et de l’équipe première. Je lui souhaite le meilleur pour la suite de sa carrière et, tout comme Alexandre Lefranc, il sera toujours le bienvenu. »

La première recrue est également connue. Il s’agit de Thomas Ros, meneur combo, capable de jouer en un contre un et finir en double pas sous la raquette sur les intérieurs adverses. Très utile pour offrir une autre alternative aux côtés de David Marabito. « J’utilisais David beaucoup trop à la mène cette saison. De plus je cherchais également un meneur ayant un jeu diffèrent de celui de David afin d’augmenter mon éventail de possibilités. »

L’évolution du groupe avec donc déjà deux départs se fait pour le moment tout naturellement et en douceur. Pas de besoin pour le coach de faire des choix en laissant de côté des garçons champions de France. Mais si cela doit arriver, il confesse avoir déjà tout prévu. « Il est toujours difficile de faire des choix. Ce qui est important c’est de se parler droit dans les yeux. Nous avions des objectifs, ils ont été remplis, mission terminée. L’aventure fut sportivement et surtout humainement fantastique et restera mémorable sans aucun doute. Tout ce que j’aimerais conserver pour la saison prochaine c’est cet esprit de groupe. Il nous a sauvé de bien mauvaises situations. » Rappelons qu’il y a quelques saisons, avec Daniel Paquet sur banc, le CCAB avait fait l’ascenseur, ne gagnant que six matchs en N2M. Une expérience utile pour les dirigeants aujourd’hui.

(Crédit photo : CCAB)



Voir plus d'articles de la même catégorie