Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Arrighino était la dernière

Ecrit par Martial HESPEL

Marion Arrighino referme un long chapitre de sa carrière. A 25 ans, elle quitte Nice pour rejoindre le Pôle Sud 38 en D2F. Sept longues années sur la Côte d’Azur se terminent.

C’est une page de l’histoire du handball niçois féminin qui se tourne avec le départ de Marion Arrighino. La Française quitte l’OGC Nice pour le Pôle Sud 38 qui évoluera la saison prochaine en D2F. Son voyage marque définitivement la fin d’une époque. Arrivée sur la Côte d’Azur en 2008, elle y a tout connu. A ce moment là, le club se nommait encore l’ASPTT Nice, avant que le label du Gym ne vienne prendre le relais pour franchir un palier. Elle y a connu la montée en Nationale 1, celle en D2F aux côtés des championnes du monde Nodjialem Myaro et Valérie Nicolas. Elle était la dernière à avoir connu cette époque, puisque les plus anciennes comme Maëva Guillerme, qui s’en va également, sont arrivées il y a trois ans pour la première saison du club en LFH.

« Je pense qu’il était temps que je tourne la page avec Nice. Cela fait sept ans que j’y suis et j’ai vécu toutes les montées », explique t-elle à www.magsport06.fr. En effet, la pivot est arrivée au tout début de l’ascension du club, lorsqu’il était encore en Nationale 2. « Cela restera en moi pour toujours mais je devais voir autre chose, prendre un nouveau départ. » De plus, on l’a moins vu jouer cette saison en raison d’une importante blessure au pouce qui l’a écarté des terrains pendant trois mois mais aussi d’une grosse concurrence au sein d’un effectif qui s’est considérablement consolidé au fil des saisons. Alors, plusieurs fois, elle a renforcé la réserve en Nationale 3. Des épreuves qui lui ont permis de mûrir. « Quand je suis arrivée au club je n’avais que 18 ans. J’étais jeune : une tête dure (rires). J’ai toujours mon petit caractère mais je l’utilise à bon escient. Aujourd’hui, j’ai 25 ans, alors évidemment j’ai mûri et énormément grandi. »

« Je n’oublierai jamais Franck Bulleux »

Pendant cette longue carrière à Nice, elle y a croisé plusieurs entraîneurs, dont Franck Bulleux, en D2F, celui qui l’a le plus marqué selon ses dires, « un homme que je n’oublierai jamais. » Chacun, chacune aussi avec Carine Bertrand lors des six derniers mois de l’ultime saison en D2F – Bulleux avait été limogé alors que Nice était leader – lui a permis, à partir de ses 18 ans, de progresser tant sur le plan défensif qu’offensif. « Je ne pouvais que progresser. De plus j’ai joué avec de grandes joueuses dés mon arrivée à Nice comme Valérie Nicolas, Fanta Diagne ou encore Nodjialem Myaro. »

Arrighino est également bien placée pour évoquer l’évolution du club dans le coeur des Niçois. De la salle des Eucalyptus en Nationale 2, aux réceptions de Metz à Charles Ehrmann. « Le handball n’a jamais été le premier sport à Nice même si c’est en progression. Il manque un peu de bruit dans la salle mais il ne faut pas oublier que cela fait trois ans que nous sommes en LFH. Il faut laisser le temps au club de se construire et se stabiliser dans le haut niveau. » Son plus grand souvenir restera la montée en D2F. « Sans hésiter. Même si toutes les montées sont exceptionnelles, j’avoue avoir un petit coup de coeur pour celle-ci. » Et cette division, elle la retrouvera la saison prochaine au Pôle Sud 38. « Une nouveau challenge. Un nouvel objectif. J’ai été très bien accueillie lorsque je suis allée signer. J’ai hâte de commencer cette nouvelle aventure. » Il est certain que le club niçois conservera un œil paternel sur elle.

(Crédit photo : OGC Nice HB)



Voir plus d'articles de la même catégorie