Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Arneodo, une troisième carrière

Ecrit par Martial HESPEL

Lassé il y a un an par une carrière en simple usante, Romain Arneodo s’était lancé dans une carrière de coach. Celle-ci ne lui a pas déplu mais le voici qui se relance en double.

Le 23 octobre dernier, nous vous annoncions la fin de carrière de joueur professionnel de Romain Arneodo. Usé et en manque de résultat, le Monégasque avait pris la décision, à seulement 24 ans, de changer de voie. « Ça faisait un moment que j’avais moins envie de jouer et que mes résultats étaient de moins en moins bons. J’ai commencé à jouer très tôt dans ma vie et cela m’a peut-être usé plus vite qu’un autre. Je n’étais plus prêt à faire les concessions nécessaires pour arriver au haut niveau », disait-il à www.magsport06.fr à l’époque. Il se tournait alors vers une nouvelle carrière d’entraîneur. Après l’obtention de son Diplôme d’Etat, il a commencé à exercer à Cannes.

S’il ne cache pas avoir pris plaisir à entraîner, le monde du circuit, son adrénaline, ses voyages, la compétition, ont commencé rapidement à lui manquer. «  J’ai bien aimé le fait de coacher mais je me suis rendu compte que de pouvoir voyager pour le tennis était tout de même une belle expérience » Comme prévu, il a été selctionné à deux reprises en Coupe Davis avec Monaco début février et début avril face à la Slovénie et à l’Estonie. Entre temps, il s’est aligné sur un Futur français à Villiers-les-Nancy en y obtenant quelques résultats. Le tournant est arrivé mi-avril au Masters 1000 de Monte-Carlo. Avec son compère d’entraînement et ami Hugo Nys, il a obtenu une wild-card pour disputer le tournoi en double. Un semaine exceptionnelle jusqu’en demi-finale dont une victoire référence face à Bruno Soares et Jamie Murray.

Son classement en double va changer de tout au tout. Sans activité sur le circuit depuis plusieurs mois, il lui restait quelques points qui lui permettaient encore d’être 851e. Il sortira du tournoi… 177e mondial ! « J’ai eu cette chance à Monte-Carlo d’aller loin et d’avoir un bon classement. Je me suis relancé. Il y a moins de pression en double. Les entraînements sont moins durs que pour le simple donc les efforts sont plus faciles. En simple je perdais de l’argent pour jouer alors que je peux déjà en gagner avec le double si je perce ! Je sens que je suis très proche de l’objectif et c’est plus motivant. »

Au début de l’été, deux demi-finales sur des Challengers, l’une avec Nys et l’autre avec l’Italien Ghedin, vont lui permettre de passer 151e mondial. Au même moment, il disparaît des radars du classement en simple ATP. Qu’importe, l’important est ailleurs. 

Sa nouvelle carrière a pris il y a quarante huit heures un tournant définitif. Avec Hugo Nys il vient de remporter le Challenger de Manerbio. Un tournoi relevé car étant le seul Challenger de la semaine dans le monde. Ils n’étaient pas de série, les n°3, puis n°2 puis n°1 en finale ont senti la défaite passer. Ce lundi, le voici 135e mondial. Hugo Nys, lui, est plus haut, 91e, grâce à son quart de finale à Wimbledon avec Sancic.

L’objectif est désormais le suivant. Arneodo va suivre Nys là où le Français peut aussi s’aligner en simple, lui, jouant toujours sur les deux tableaux. Ce ne sera que sur des Challengers voir même des ATP 250. Une renaissance pour le Monégasque qui n’avait jusque là connu que le circuit Futur, gagnant au passage, ne l’oublions surtout pas, 19 titres en double. « C’est beaucoup mieux. Les hôtels sont pris en charge, les conditions de jeu sont meilleures. Il y a plus d’argent. Les destinations sont souvent sympas. On se sent beaucoup plus joueur pro ! Les joueurs de double ont un peu moins de considération, ce qui est normal, mais c’est plus plaisant de voyager en Challenger en double plutôt qu’en Futur en simple. »

Les deux hommes sont donc visiblement partis pour un long chemin en duo : Nys n’a que 26 ans et Arneodo tout juste 25 ans. Malgré tout, il reste encore une différence en terme de classement : quarante places. Si Nys ne peut s’alligner avec Arneodo sur de gros tournois, il cherchera un partenaire, provisoire, car l’objectif évoqué par les deux joueurs et leur entraîneur Guillaume Couillard est bien de les voir jouer un maximum de tournois ensemble dans les mois à venir. Pour Monaco, en Coupe Davis, c’est également une excellente nouvelle. Le retour au haut niveau de Arneodo sera bénéfique pour tout le monde.

Prochain tournoi ensemble à Istanbul dans dix jours. Un gros Challenger à la dotation bien importante que Manerbio, 75.000$ contre 43.000$. Voici le Cannois de naissance lancé dans une nouvelle carrière où il ne semble jamais avoir été autant épanoui. Sa pause lui aura permis d’obtenir son D.E, de découvrir le coaching et de se régénérer physiquement et psychologiquement. Tout bénef !

(Crédit photo : Manuel Vitali – Direction de la Communication / Monaco info)



Voir plus d'articles de la même catégorie