Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

« Apporter mon maximum à l’équipe »

Ecrit par Martial HESPEL

A 19 ans, Laure Coulbault est la première recrue de la N2F de Cagnes-sur-Mer et du nouvel entraîneur Simon Cayron. La joueuse de 175 cm évoque son nouveau défi. 

Laure, nous venons de sortir du confinement et ton dernier match remonte déjà au 29 février. Quel est ton état d’esprit ?

Les terrains me manquent. L’adrénaline des matchs, les entraînements etc.. Mais durant le confinement j’ai été pas mal occupé car je travaillais dans la grande distribution et en plus de cela je suis en école de commerce et mon année n’était pas terminée. Job et cours à suivre. Au début du confinement je suis allée courir assez régulièrement pour tout de même me maintenir physiquement. Les mois qui viennent je compte monter l’intensité d’un cran pour être au niveau lors de la reprise.

Au sein d’un championnat très homogène, ton équipe de Hyères-Pierrefeu a terminé neuvième au moment de l’arrêt de la saison…

Une année mitigée. Malgré notre titre de championne de France en Nationale 3, il y a un vrai palier à franchir quand tu arrives en Nationale 2. La saison passée, on avait perdu peu de matchs. Et le fait de perdre souvent n’a pas été simple à encaisser pour l’équipe. Le niveau est plus élevé et on l’a vraiment senti. Cependant on devait se maintenir et cela a été fait. On a su faire ce qu’il fallait et on a su proposer de belles performances comme lorsque l’on est allé chercher le tie-break contre Monaco. Nous avons été les seules à les accrocher ainsi.

Mais vous avez été aussi la seule à perdre contre Le Pradet / La Garde la lanterne rouge ?

Et oui… Leur seule victoire… On est indéfendable su ce match : une contre-performance. On aurait due bien mieux faire. On comptait se rattraper lors du match retour mais le confinement nous en a empêché.

Et ton année personnelle ?

J’utiliserai le même terme. Mitigé. Comme je suis mes études dans les Alpes-Maritimes, je ne pouvais pas m’entraîner comme je le voulais. Du coup, je n’affichais pas le niveau espéré le week-end et le coach me faisait moins confiance : ce qui est logique.

Tu quittes donc ton club de toujours, le VCHP pour Cagnes-sur-Mer. Quelle a été ta motivation ?

J’ai passé des années fabuleuses à Hyères et c’est la première fois que je vais le quitter depuis ma première licence à 13 ans. Je ne les remercierais jamais assez notamment des entraîneurs tels que Sandrine Pêcheur qui m’ont permis de réellement progresser. Mais il est bien de se lancer de nouveaux défis et l’occasion justement s’est présentée avec Simon et le club de Cagnes-sur-Mer. En plus de cela je pourrais m’entraîner quotidiennement et donc retrouver mon meilleur niveau je l’espère. Pour Simon aussi je pense que c’est un nouveau défi et selon moi il nous permettra de faire une bonne saison.

Simon nous a confié que lorsqu’il a été intronisé, il a tout de suite pensé à toi. Tu le connais donc bien ainsi que tes futures équipières ?

Je l’ai, disons vaguement connu, lors des stages à Boulouris en PACA. Mais j’ai réellement fait sa connaissance cette année car il était un de mes entraîneurs avec l’équipe de volley de SKEMA, mon école de commerce. Je ne connais en revanche pas mes futures coéquipières mais je les ai déjà vu jouer car lors du match aller entre Hyères et Cagnes, je n’étais pas sur la feuille de match car je passais mon TOEFL et je suis arrivée trop tard. J’étais donc en tribunes. Mais il me semble avoir joué au beach-volley avec certaines. 

Que peut-on te souhaiter ?

J’espère tout d’abord me sentir bien dans mon nouveau club, même si je n’en doute pas trop. Je souhaite également apporter mon maximum à l’équipe sur le terrain et en dehors pour nous permettre de faire la meilleure saison possible.  

(Crédit photo : Corinne Pecheur / Marfaux Audinet)



Voir plus d'articles de la même catégorie