Par Sudeast Info
Handball : Cannes fait forfait en N2F
C'est la mort dans l'âme que Cannes-Mandelieu a été poussé vers le forfait général en N2F à mi-saison. La réserve n'était plus viable pour continuer.
Basket : NBAO à un cheveux de faire tomber Vence
Il faudra attendre pour vivre la première défaite de Vence à domicile. Le NBAO, dans un match au sommet de R2M, a frôlé cet exploit. Prometteur.
Basket : Vence s’est fait peur
Au terme de l'un des matchs au sommet du championnat, Vence est venu à bout du NBAO en prolongation. Leader de Régionale 2, le VBC doit assoir sa place en play-offs contre Cagnes.
Basket : Menton a son destin en main
En gagnant son troisième match de la saison, le premier à domicile, la réserve de Menton a fait un pas vers le maintien en R2M. A confirmer notamment contre le SLB.
Volley : Cannes aime les marathons
Au milieu de tableau de N3M, Cannes réalise une saison correcte mais doit faire preuve de plus de régularité pour viser plus haut d'ici le mois de mai. L'objectif de savoir conclure les matchs.
Volley : VBSL bien plus solide en N3M
Dans la zone rouge de N3M la saison passée mais finalement maintenu, Saint-Laurent du Var a bien négocié la trêve estivale pour travailler et construire un groupe plus compétitif.
Handball : BTP de retour au premier plan
Grâce à un très beau début d'année 2023, la N2F du BTP reste au contact de Plan de Cuques et pourrait bientôt ne plus rien s'interdire en visant la N1F.
Basket : Menton doit gagner à domicile
Incapable jusqu'à maintenant de gagner à domicile, la réserve de Menton surnage en Régionale 2 grâce à deux succès à l'extérieur, mais cela ne peut plus durer pour s'en sortir.
Handball : Grasse, un dernier espoir
Alors que son entraîneur annonce vouloir continuer le travail la saison prochaine, Grasse va tenter de sauver sa saison en passant en play-offs de N3F.
Basket : NBAO veut tout relancer
Au pied du podium en R2M, le NBAO n'a plus de joker en main dans l'optique des play-offs au moment où l'un des grands favoris à la montée, Vence, se présente face à lui.

Antibes va monter d’un cran

Ecrit par Martial HESPEL

Champion de la Poule A de N3M, Antibes retrouve enfin la quatrième division. Gilles Sanchez a stabilisé son groupe, le renforçant. Son point de vue détaillé sur l’avenir.

Ce samedi à 20h15, Antibes, promu en Nationale 2, va faire ses débuts en quatrième division, à Saint-Claude contre Saint-Raphaël. Une continuité, malgré un changement de division et un groupe qui voit arriver plusieurs nouveaux joueurs et le semi-départ d’un seul cadre, Julien Locanetto. L’athlétique arrière gauche de 188 cm doit, pour raisons privées, réduire la voilure. Il ne s’entraîne plus qu’une fois par semaine et jouera principalement à domicile avec la réserve, qui monte, elle aussi, en Pré-Nationale. Il évoluera avec l’équipe fanion si le coach Gilles Sanchez a besoin de lui pour combler des absences. « Je devais complètement arrêter. Mais j’ai eu un déclic lorsque je vais vu les gars jouer à Villeneuve-Loubet (En coupe de France ; ndlr). Je me suis dis que j’allais trouver un compromis qui personnellement ne bloque pas ma vie privée et ma vie professionnelle. Et puis je me suis dis que je devais quand même garder ce contact avec le handball et tout ce qui l’entoure parce qu’arrêter net après dix-sept ans de pratique je ne peux pas. »

Une absence de taille pour l’entraîneur Gilles Sanchez mais qui a, on le pense, de quoi voir venir, avec des renforts de choix, tels que Julien Denat, Florian Schneider, Alexis Mora ou encore, plutôt dans la rotation avec la réserve, Yohan Crespin. Les trois premiers cités, à l’instar de bon nombre garçons du groupe initial, ont déjà connu la Nationale 2, la Nationale 1 et même le monde professionnel. Au moment de cette montée, Sanchez attend beaucoup de certains. « J’espère qu’ils vont apporter leur expérience. C’est un jeu un peu plus athlétique, mieux organisé qu’en Nationale 3, avec plus de discipline. De toute façon c’est comme ça à chaque fois que tu montes de niveau. Ca se structure d’avantage, des équipes qui jouent un peu mieux au handball. »

Et même s’il concède n’avoir « peur de personne », le coach connait ses principaux rivaux. « On est challenger. Du coup on va se dire que contre les équipes censées jouer le haut de tableau on n’a pas grand chose à perdre même s’il y a l’épée de Damoclès de la descente. Donc il faut se sécuriser le plus tôt possible mais il y a de très grosses équipes comme La Crau qui a terminé troisième cette année, qui apparemment, des bruits que nous avons eu, était l’équipe qui a le plus impressionné, notamment les joueurs du HB3M, au même titre que Aix et Nîmes. Aix est toujours là, Nîmes a terminé deuxième et est donc toujours là, La Crau aussi, Saint-Raphaël vient de descendre de N1, je ne sais pas s’ils veulent remonter mais ça reste une équipe qui vient de N1. Ajaccio ça descend de N1. Monaco fait top 5 depuis des années, même si c’est une équipe que je ne connais pas bien, ça sera forcément une très bonne équipe. »

« Nous sommes moins attendus au tournant »

L’entraîneur, fort d’une série de dix-neuf victoires consécutives en championnat, arrive avec un état d’esprit tout autre qu’il y a un an, où il avait repris la saison N3M à la suite de la désillusion du revers en barrage. « Je suis relativement stable dans mon état d’esprit. J’ai toujours envie de préparer l’équipe au mieux pour gagner les matchs. C’est certain qu’on arrive avec les épaules un peu moins lourdes cette année. Mais j’espère que tout le monde a bien conscience qu’il va falloir faire vite pour s’en sortir en Nationale 2 car le niveau de jeu va augmenter. Quand je vois la poule c’est très compliqué avec des grosses équipes et des centres de formations qui jouent tout le temps les premiers rôles. Mais on part un peu plus challenger, un peu moins de pression, moins attendu au tournant, ça enlève un peu d’appréhension. »

Et d’ailleurs, le technicien craint-il la première défaite en championnat qui stopperai donc la série d’invincibilité et la cohésion ? « Dans tout sport co, tu peux avoir de bonnes individualités, si tu n’arrives pas à créer un groupe soudé ça peut être compliqué. L’année dernière on a compris ça au bout de quatre matchs, l’ambiance n’est pas venue grâce aux victoires, elle est venue à partir du moment où on a compris qu’il fallait être là les uns pour les autres et ça s’est passé justement après Draguignan. C’est grâce à ça qu’on a gagné à Istres, ce n’est pas parce qu’on a gagné à Istres qu’ensuite c’est venu, c’est la semaine qui a suivi Draguignan, c’est parti de là. Bon, on ne va pas se mentir, les victoire aident à la bonne ambiance dans l’équipe, mais on s’est créé un groupe d’enfer avec une mentalité d’enfer, on a su répondre présent et aider ceux qui étaient en galère, même si certains étaient durs avec les autres, mais du coup on s’est refermé un peu. » 

Et justement, la rédaction s’est légitimement posé la question de l’intégration des nouveaux dans le cercle fermé du dernier exercice. Au moment de la reprise de l’entraînement, début août, Sanchez s’interrogeait. « La saison dernière on était seulement douze joueurs. On s’en renfermé sur nous-mêmes, on s’est serré les coudes car nous n’étions pas nombreux, mais maintenant j’ai un peu peur que le groupe soit fermé, sauf que maintenant il y a des nouveaux qu’il faut accepter, des jeunes qui poussent. De ceux qui arrivent cette année, le plus vieux a 27 ans, c’est jeune, donc il faut accepter que les jeunes poussent au portillon. Est-ce qu’on va réussir à les intégrer vite ?  Oui j’ai un bon groupe, on se serait les coudes, mais est-ce qu’on va se les desserrer pour faire de la place aux autres ? Handbalistiquement tout le monde est au niveau, l’avenir nous le dira, c’est mon boulot, il faut faire de la place, surtout ne pas se regarder les uns es autres en se demandant ce que l’autre vaut, il faut s’aider… Le recrutement me plait : on a fait avec les moyens qu’on avait. Ce sont les joueurs qu’on voulait. »

« On manque d’agréssivité défensive »

Mais il n’y a pas que des arrivées de l’extérieur. Les jeunes sont là. A l’image de Thibault Prévot, 18 ans, formé au club, capitaine l’an passé des -18 Territoire, qui a, de belle manière, disputé le dernier match de championnat N3M la saison passée. « C’est un jeune qui va osciller entre la réserve et nous. Quand il pourra, il s’entraînera avec nous mais il n’a pas encore le niveau. Il y a des joueurs meilleurs que lui dans le groupe pour l’instant, donc il faut qu’il travaille beaucoup, il ne faut pas qu’il ai peur des charges d’entraînements, il va falloir qu’il s’entraîne plus que les autres pour progresser. Il y a Sébastien Labat (Qui fêtera ses 21 ans ce samedi ; ndlr) aussi qui est un joueur de la réserve. Pour l’instant il sait qu’il n’a pas le niveau, il en a conscience, c’est lui même qui le dit, mais il fait toujours parti du groupe car je crois toujours qu’il peut faire mieux que ce qu’il fait. Thibault j’ai bien aimé l’avoir un peu en fin de saison. C’est un gamin qui comprend vite les choses, qui met vite en application. Physiquement il sort de -18, il est loin du compte, mais il a des qualités de vitesse, d’assimilation du jeu, de correction des consignes, de mise en place des situations, il est intéressant là dessus. »

Le week-end dernier, Antibes a été éliminé au premier tour de la coupe de France, 24-29 face à la N2M de Marseille Provence, une semaine après avoir remporté son tour préliminaire contre la N3M de Villeneuve-Loubet. Maintenant, c’est Saint-Raphaël, les grands débuts. L’OAJLP est-elle prête ? « Au vu de notre prestation contre Marseille je ne pense pas. Pourtant il va bien falloir. On manque d’agressivité défensive. On perd beaucoup trop de ballons et on manque trop de tirs. Les nouveaux commencent à assimiler le projet de jeu mais ce pas encore suffisant. Je ne vois pas encore assez ce qu’on travaille à l’entraînement. Il va falloir répéter encore davantage pour automatiser. Je n’ai pour l’instant pas l’impression que l’équipe ai monté d’un cran par rapport à la Nationale 3. Notre jeu est plus équilibré que la saison dernière puisqu’on joue avec un gaucher sur la base arrière. Mais pour l’instant les automatismes sont insuffisants. S’il faut comparer à la saison dernière à la même époque je dirai que nous sommes mieux, mais on va jouer en Nationale 2. J’ai très peu d’informations sur Saint-Raphaël, mais ils descendent de N1, c’est un bon centre de formation donc ça va forcément être très difficile. » L’heure approche pour un groupe et un staff qui est renforcé de Lionel Ret. La doublure de Mohamed Maziane dans les cages, remplacé sur le terrain par Hadjeb Madani, sera bien sur le banc pour épauler Sanchez. C’est parti.

(Crédit photo : Magsport06)



Voir plus d'articles de la même catégorie