Par Sudeast Info
Handball : Antibes à la guerre sans Giusta
Manon Giusta quitte à nouveau la scène. Une nouvelle opération à l'épaule l'attend, elle qui a fait tant de bien à la PNF antiboise en début de saison.
Handball : Gallice et le Cros sans pause
Bientôt trois mois après le début de sa préparation estivale, la PNM du Cros-de-Cagnes n'a joué que trois matchs. Le coach Raphaël Gallice attend, enfin, de voir les matchs s'enchaîner.
Handball : Grasse bascule en tête
Retrouvera t-on Grasse en Nationale 2 la saison prochaine ? La N3F du coach Dalmasso ont envoyé un sérieux signal à Cagnes-sur-Mer.
Handball : le HBMMS piaffe d’impatience
Avec seulement trois matchs disputés, la PNM du HBMMS patiente avant de réellement lancer sa saison. La réception du Cros va t-elle permettre de se rassurer ?
Handball : le BTP est en avance
Le bilan de début de saison de la Pré-Nationale du BTP est excellent. Invaincu après cinq journées, le groupe de Ziane Elfraihi est en avance sur son tableau de marche.
Handball : Antibes, contre les éléments
Avec la venue de Nîmes, pour le compte de la cinquième journée de N1M, Antibes tentera de résoudre l'équation pour s'imposer. Diminué, il faudra lutter.
Basket : Saint-Laurent tient son rang
Grâce à deux succès acquis à domicile, la N3M du SLB prouve à chacun qu'elle sera bien dans la course aux accessits cette année.
Basket : Grasse se lance « enfin »
Ce week-end, à l'occasion de la 3e journée de PNM, Grasse a décroché son premier succès, un moment important pour Joseph Galas et ses hommes.
Volley-ball : Cannes ne manque son entrée
Trois points. Ce qui est pris n'est plus à prendre. La jeune équipe de Cannes a réussi ses débuts en N3M.
Volle-Ball : Que peut jouer Antibes ?
Pour son entrée en N3M, Antibes a peiné à exister contre Saint-Laurent (25-20 25-16 25-14) et va devoir réagir rapidement même si le calendrier ne lui permet pas encore.

2021, l’année de l’Angleterre…

Ecrit par Eric Roux

Après 55 ans de disette, les Anglais ont la possibilité de remporter leur deuxième compétition internationale

Une année éternelle. 1966, une date a marqué d’une croix indélébile pour le football anglais. Une victoire face à l’Allemagne de l’Ouest à Wembley scellée dans les mémoires des anciens. Aujourd’hui, pour la plupart devenus grands-parents, les Anglais n’ont jamais plus vécu une telle émotion. Hormis ce sacre at home, l’Angleterre n’a donc plus rien gagné d’important. Nothing. Nada. Certains diront qu’elle a longtemps snobé ces compétitions internationales qui l’éloignaient de ses fish and chips et la déconcentraient des vraies priorités. Il y a peut-être un peu de ça. En attendant, le bon peuple de “Sa Gracieuse Majesté” verrait aujourd’hui d’un bon oeil une victoire dans cet Euro. Au lendemain du Brexit, il s’agirait d’un joli clin d’oeil, surtout si c’est Sterling qui fait la différence. Et puis, surtout, ce serait une belle façon de faire taire ces mauvaises langues qui prétendent qu’avec l’invasion de mercenaires étrangers en Premier League le foot anglais a perdu son âme. Comme en 1966, c’est le temple Wembley qui sera le théâtre, dimanche prochain, de la grande finale. Mais attention : il y aura cette fois le Var pour vérifier que le ballon a bel et bien franchi la ligne au cas où une reprise de la tête de Harry Kane se révélait litigieuse. Qu’importe : cela serait été un crime de lèse-majesté que ce Championnat d’Europe ne soit pas soulevé par les inventeurs du jeu !



Voir plus d'articles de la même catégorie