Cagnes-sur-Mer au grand galop

Volley
Infos pratiques : 
  • 26/11/2017

Effectif : Audrey Dumont-Peche et Marie Glandus (Passeuses). Cecile Petrignani et Baldini Mary (Libéros). Liebert Charlie, Pignol Felicie, Victoria Falcone, Victoria Notot-Martin (Centrales). Lhermitte Cathy, Haoues Renata, Rebuffel Jennifer, Richardoz Marion, Marty Zoé (Réceptionneuses / Attaquantes). Kontzler Charline (Pointue).

Foudroyante en ce début de saison, la qualité du jeu et la réussite de la N3F de l'USC éblouissent l'ensemble de la Côte. Le groupe de Laurent Gastaut accélère. Mais deux lourdes blessures ternissent le tableau.

Six matchs... Six victoires 3 sets à 0. Oui. Vous avez bien lu. La N3F de Cagnes-sur-Mer est en train d’écœurer ses adversaires. Le rythme est encore plus fou que ceux constatés pour Saint-Laurent et plus récemment Antibes, aujourd'hui en Nationale 2. L'équipe qui a le plus inquiété Cagnes, c'est le SMUC, en terre marseillaise, en marquant une moyenne de 20.6 points par set. Bref, trop de peu concurrence pour le moment. Samedi, à Jules Verne, Avignon, correct formation de milieu de tableau, n'a fait qu’illusion : 25-20 25-11 25-19. 

« On commence à y voir plus clair dans une poule toute nouvelle puisque, par rapport à l'année dernière, il y a sept nouvelles équipes », raconte à www.magsport06.fr l'entraîneur. Et lorsqu'on lui évoque une montée en Nationale 2, Gastaut ne peut bien entendu pas se cacher. « Oui, le classement et les résultats actuels plaident en faveur d'un objectif de montée. Mais nous allons maintenant nous déplacer chez notre dauphin, Bousquet Bédarieux, puis on recevra pour finir l'année le quatrième, Sainte-Maxime. Ça va se compliquer. Après ces deux matchs, nous aurons une idée plus précise sur nos possibilités. » En effet, Bousquet est déjà à trois points et Sainte-Maxime à sept. En intermédiaire, Montpellier est à quatre points. 

Si Cagnes termine l'année sur ce même train d'enfer, le championnat sera presque déjà plié, sauf hécatombe au sein du collectif pendant et après l'hiver. « Nous avons démarré la saison avec un groupe de douze joueuses auquel nous intégrons deux cadettes de l'équipe Régionale. Un groupe élargi à quatorze, ce qui n'est pas de trop entre les blessures et les aléas familiaux ou professionnels. D'ailleurs, nous avons déjà à déplorer deux blessures de longue durée pour Cécile Petrignani (libero) que l'on espère retrouver début 2018 et surtout Victoria Falcone (centrale) qui s'est gravement blessée à la cheville contre Nice. » Le quotta de blessures est donc déjà important. Il ne faudrait pas que d'autres passages à l'infirmerie se rajoutent. « La saison ne fait que commencer mais ce groupe composé d'anciennes et de jeunes joueuses à de quoi rivaliser en haut du tableau. C'est une saison excitante qui s'offre à nous, à nous maintenant de jouer, de prendre du plaisir et de gagner un maximum. »

Il faut également prendre en compte la coupe de France, dite Fédérale cette année, puisqu'une formule a été mise en place cette saison avec uniquement les Nationale 3 entre elles. Qualifiée pour le troisième tour, qui se jouera le 9 décembre, l'USC est toujours là et s'avance une sérieuse prétendante à la vue des résultats en championnat. « Cette compétition permet d'intégrer les jeunes joueuses comme Zoé Marty (cadette) contre Marseille au deuxième tour. Pour le moment, les joueuses semblent très motivées par cette compétition puisque nous sommes toujours qualifiés. Mais ce n'est pas un objectif prioritaire pour le club. Après... » On vous laisse le soin de conclure de la façon que vous voulez.

(Crédit photo : Cahty Lhermitte)

Gardons le contact