Catarina, l'autre dimension

Tennis
Infos pratiques : 
  • 05/08/2017

L'info en plus. Pour ce qui est de l'année 2017, Lucas Catarina n'a que 11 points à défendre et seulement 17 jusqu'en juillet prochain.

Il y a quinze jours, le Monégasque a remporté le premier titre professionnel de sa carrière, un 15.000$ au Portugal. Ce samedi il a fait encore mieux en gagnant un 25.000$ en Turquie.

6-3 6-3 en 1 heure et 13 minutes ! Aucun jeu service concédé et un trois sur trois sur ses balles de break. Clair, net et précis. A Erzurum, le Monégasque s'offre un bon 25.000$ et 27 gros points à l'ATP. Le Turc Anil Yuksel n'a pas fait le poids. Le gagnant se confie pour www.magsport06.fr. « Je me sentais vraiment bien. Je sentais que lorsque je prenais l'ascendant dans les échanges il avait du mal à cause de la fatigue. Les conditions ici n'étaient pas faciles avec l'altitude (Approchant les 2000 mètres ; ndlr). Parfois, c'était dur de respirer et de contrôler la balle. Mais j'ai réussi à être bien agressif et à diriger le match tout en servant plutôt bien également. » 

Une altitude peu commune à gérer, mais également un public. Certes peu nombreux, une trentaine de personnes, mais assez pour jouer pleinement son rôle auprès de leur favori. « Il a fallu gérer le public et ce n'était pas facile, surtout étant tout seul, mais j'ai réussi à faire abstraction de tout cela. »

Après avoir réalisé ses trente premiers mois sur le circuit sans véritable éclat durant son apprentissage, le voyant même reculer, certes furtivement, au 1021e rang le 28 novembre dernier, le voilà qui explose. Mais d'où provient ce qui est indéniablement un déclic, tant tout s'est si vite accéléré ? « Mentalement je me sens bien. Je me sens en confiance et heureux dans ma vie personnelle ce qui fait que je me sens bien sur le court ce qui n'a pas toujours été le cas cette année. C'est un effet boule de neige. Quand tu te sens en confiance, tu oses plus et puis je suis moins nerveux sur le court etc... » 

Un alignement des planètes qu'il a parfaitement fait fructifier. Son envolée au classement se confirme, il sera 440e mondial le 14 août prochain. Une autre dimension. En à peine trois mois, entre la Turquie, le Zimbabwe et le Portugal, il a enchaîné sur ses sept dernières sorties deux titres, une finale, deux demi-finales et deux quarts de finale. Son entraîneur, Guillaume Couillard, qui est également son Capitaine avec la sélection monégasque en Coupe Davis, confirme cet élan auprès de notre média. « Lucas a pris conscience qu'il pouvait et devait jouer plus vite et plus fort : être moins dans le contrôle. Il se sent capable de répéter les efforts physiques et mentalement de rester dans le combat quelques soient les événements. »

Et cette semaine de tournoi reste un bon exemple. Malgré des joueurs assez abordables en début de tournoi et une hécatombe dans sa partie de tableau avec très rapidement les têtes de série n°1 et n°3 qui ont disparu, lui laissant le champ libre. Ainsi, malgré deux matchs face à des qualifiés et une wild-card, il a passé très sérieusement ses premiers tours, ne concédant au final qu'un seul set cette semaine. Et du sang froid, il va lui en falloir. Inévitablement, son statut va changer et les regards vers lui vont commencer à se tourner. 

Il sera haut, à coup sûr, dans les tableaux des têtes de série, mais il avoue ne rien vouloir changer. « Mes perspectives à moyen terme ne changent pas. Je me focalise sur ce que j'ai à faire : prendre du plaisir sur le court. On verra petit à petit. Pour le moment je vais rentrer une dizaine de jours chez moi avant de repartir en tournoi la semaine du 21 août. » Et s'il ne sait pas encore précisément où se posera son prochain avion, il sait que ce sera sur un 15.000$. Jusqu'à la fin de saison, il n'a que 11 petits points à défendre, soit vraiment très peu par rapport au 18 qu'apporte un titre sur 15.000$. Aucune pression, à lui de profiter et de se régénérer pour repartir au combat.

(Crédit photo : Victor Tabuteau @Svolee / Ghökan Taner)

Gardons le contact