Qu'est ce qui cloche au VSJB ?

Hand
Infos pratiques : 
  • 29/11/2017

Lors de la huitième journée, le Villefranche-sur-Mer / Saint-Jean Cap Ferrat / Beaulieu-sur-Mer reçoit la belle réserve du Cros-de-Cagnes, quatrième, le 2 décembre à partir de 20h30 aux Glacis de Villefranche.

Alors promu, le VSJB avait réalisé une formidable saison en ETM, se faisant doubler à la dernière journée par le HBMMS pour la montée en PNM. Depuis, la confirmation se fait attendre.

Il y a quelques mois, le VSJB était presque, presque, en Pré-Nationale. Mais lors de la dernière journée, une combinaison de résultats a permis à la réserve de Mougins – Mouans-Sartoux de passer devant et d'accéder à l'échelon supérieur en compagnie de Grasse. 

Un sérieux coup sur la tête des équipiers de Guillaume Manuel qui étaient dauphins des grassois les deux tiers de la saison. Il a fallu se relancer, se reconstruire. Se réinventer.

Les objectifs estivaux étaient clairs : rejouer la montée. Mais plusieurs éléments sont en train de contrer ce projet. Tout d'abord, deux équipes dominent le championnat pour le moment. La très forte formation de Cannes – Mandelieu. Expérimentée, elles comptent sur le terrain et sur le banc une partie du groupe du BTP Nice qui jouait il y a six ans en Nationale 2 : Roufast, Pompili, Conti et Vouillot. Et puis Carros. Deuxième, qui descend de PNM et qui ne cache pas son envie de remonter. Au sein d'un groupe stable qui n'a pas explosé malgré la relégation, le buteur reconnu sur le Côte d'Azur Nicolas Bongiovanni est venu se greffer. Tout comme le retour de Benjamin Fenasse. Deux très fortes formations donc. 

La chanson n'est pas la même pour le VSJB. « Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas », introduit Werner Dauger, l'un des hommes forts du tout jeune club, auprès de www.magsport06.fr. « L'année passée nous avions un bel effectif remplit d'individualités très fortes techniquement. Notre choix a été d'engager cette année un entraîneur pour apporter de la cohésion sur le terrain, un schéma tactique, un projet de jeu sur lequel le club peut s'appuyer pour construire. Cela prend du temps, beaucoup de choses ont été désamorcées, tant sur les habitudes sur le terrain comme en dehors. Je suis convaincu que ce travail paiera. » Il faut également du temps pour que le groupe se mette en place. Des nombreux joueurs sont arrivés. Là où les effectifs des deux leaders n'ont pas bougé hormis une ou deux fortes individualités, on ne peut pas demander aux garçons de Frixa et Hannard la même qualité d’automatisme. 

Dauger ajoute également que le côté droit de l'équipe de l'an passé a été décimé. Entre blessures et départs, les gauchers se font (trop) rares, alors qu'ils étaient cinq (!) l'année dernière. Et puis, son match de la première journée, à domicile contre Antibes, avait été reporté. Ce qui a retardé la montée en puissance du groupe. Ce match vient d'ailleurs tout juste d'être joué et malgré un bel avantage à la 45e (28-24) les locaux, aux Glacis, se sont inclinés 34-35. Un revers qui fait mal. Cannes est à huit points et Carros à six. C'est déjà beaucoup. 

« La saison n'est pas terminée. Nous avons pour ambition de jouer les troubles fêtes dans ce championnat jusqu'à la dernière journée. Nous ne lâcherons rien. Nous ferons le point sur le classement à la trêve hivernale. » Réponse donc le 9 décembre au soir où il faudra d'ici là absolument prendre six points contre le Cros-de-Cagnes puis Grasse pour ne pas être définitivement distancé et espérer en même temps un faux pas des équipes du haut de tableau.

Gardons le contact