« On ne se ment pas »

Hand
Infos pratiques : 
  • 21/09/2019

Après avoir perdu 34-25 à Bourgoin-Jallieu et 27-30 contre Villeurbanne, Antibes vit des débuts difficiles en Nationale 1 de façon logique. La saison est encore très longue, ce soir place à un déplacement à 20h15 contre le réputé centre de formation de Chambéry.

Cadre de l'équipe antiboise depuis la N3M, Grégoire Soussouci est aujourd'hui en Nationale 1. Les débuts sont certes difficiles mais les points positifs sont bien présents.

Après avoir loupé leur entrée en matière en Nationale 1 il y a quinze jours à Bourgoin-Jallieu, les Antibois, promus, ont relevé la tête à domicile galvanisé par un public heureux de découvrir ce niveau avec les garçons, une première au club ! Malheureusement pour les hommes d'Olivier Inghilleri, il en faudra encore plus pour décrocher une première victoire puisque c'est Villeurbanne qui en est ressorti vainqueur : 27-30. Beaucoup de positif à retenir comme raconte Grégoire Sanssouci présent à Saint-Claude depuis l'époque Nationale 3. « Ah oui c'était bien mieux que contre Bourgoin-Jallieu avec plus d'engagement. Mieux dans l'ensemble car là nous n'avions pas été bons collectivement que ce soit en attaque ou en défense. En revanche, contre Villeurbanne, une belle équipe, nous avons su les accrocher même si on a manqué d'efficacité sur la dernière passe et au tir » 

Dans les gradins on a pourtant cru à un retour. Mené un temps de cinq longueurs, les Titans vont revenir à un but sans jamais réussir à inverser la tendance, événement déjà aperçu une semaine avant. « C'est un peu notre force. On sait revenir. Lors du premier match on est derrière pour six buts et on revient, deux fois. Contre Villeurbanne aussi. On est cinq buts derrière et on revient à une longueur. Ça montre qu'on a du caractère, qu'on sait recoller mais il nous manque ce petit sursaut qui va nous permettre d'accrocher notre adversaire. C'est toute la différence avec le championnat Nationale 2. Tu ne peux pas te permettre de faire des erreurs sinon c'est bannette. Ce sont des jeunes qui veulent prouver. Ça court de partout et tout le temps. Si tu n'es pas rigoureux, pas engagé et si tu ne mets pas d'intensité dans les montées de balle ça ne passe passe. Même si on marque il faut tout de suite se replier car tu sais qu'ils vont courir pendant une heure. » 

Alors, au moment où le match à Chambéry se précise, il faut rester positif et capitaliser pour l'avenir. Antibes a perdu ses deux premiers matchs, mais c'est aussi le cas de trois autres formations, tout reste bien entendu ouvert. « Dans l'impact en défense, c'était beaucoup mieux. On était plus agressif, on est plus monté sur l’adversaire. Petit à petit on va accrocher ces équipes. On ne se ment pas, on joue le maintien et des équipes comme Villeurbanne connaissent le haut niveau. Il faut qu'on se concentre sur nous et être à 200% tous les matchs et avancer ensemble. C'est comme ça que ça va passer. Je pense qu'on a montré un beau visage en ne lâchant rien. Nous sommes le Petit Poucet et contre le centre de formation de Chambéry il faudra faire pareil. » Coup d'envoi à Chambéry pour la troisième journée à 20h15 ce samedi soir.

Gardons le contact