Antibes ne peut qu'en profiter

Hand
Infos pratiques : 
  • 03/07/2019

Déjà trois arrivées pour la Nationale 1 d'Antibes et la Présidente Françoise Petrov a confié à www.magsport06.fr que le recrutement n'était pas terminé et serait sans doute finalisé d'ici la fin de semaine.

Promu en Nationale 1 grâce à la refonte des Poules, Antibes, qui vient de terminer dauphin d'Ajaccio en Nationale 2, va découvrir un niveau où l'équipe d'Oliver Inghilleri aura son mot à dire.

C'était, à demi-mot, l'un des objectifs de début de saison. Tout du moins, la Présidente Françoise Petrov a toujours signifié que si les Antibois venaient à être champions de Nationale 2, le club accepterai la montée. Souvenez-vous de ses propos du 14 septembre dernier. « Si nous venions à terminer champions, on ne refusera pas la montée en Nationale 1. Nous avons parfaitement conscience que tant sportivement que structurellement et financièrement, ce sera un défi énorme : cette poule de Nationale 2 est déjà bien compliquée ainsi pour imaginer l'autre monde que serait la Nationale 1. Mais rassurez vous, le club travaille déjà à cette éventualité, nous n'attendons pas la mi-mars 2019 pour se pencher sur le sujet ».  Au final, une deuxième place derrière la très grosse formation d'Ajaccio, mais une refonte des Poules de Nationale 1 permet aux six deuxièmes mais aussi au quatre meilleurs troisièmes de Nationale 2 de monter. Quoi qu'en soit la manière, c'est historique, dans toute son histoire, Antibes n'a jamais connu la Nationale 1 avec les garçons. 

Un groupe consolidé

La FFHB met donc en place 4 Poules de 12 équipes, au lieu de 4 de 8 équipes. C'est bien entendu avec beaucoup de bonheur que l'OAJLPHB a accueilli cette nouvelle. Tout en signalant sur ses réseaux sociaux la lourde tâche sportive, structurelle et financière à venir. Quant bien même beaucoup estiment déjà qu'Antibes aura toutes les cartes en main pour se maintenir. Très peu de départs. Garain, élu meilleur pivot de la Poule 6 de Nationale 2, est remplacé par un garçon du même calibre : Raphaël Tourraton membre historique avant son départ du Cavigal Nice en Nationale 1 et en ProLigue. Parti au Canada, le gardien Jérôme Lopes voit lui arriver Thomas Saint-Voirin, en provenance de Nancy. Enfin, Sébastien Sigari, qui a connu la montée en Nationale 2 à Antibes, fait son retour pour soutenir Alexandre Audou sur son aile gauche. On signalera aussi que le banc aura gagné en coffre. On pense aux jeunes recrues de l'été dernier, comme Souleymane Sidibé et à un degré moindre Simeon Braun, qui ont beaucoup progressé et montré de très belles choses en 2019, profitant notamment du temps de jeu apporté lors des six matchs de coupe de France.

Le coach Inghilleri reste en poste et ce dernier, grâce au parcours en coupe jusqu'en 16es de finale en tombant contre Saint-Raphaël, a pu se faire une idée complète du potentiel du groupe mais aussi des secteurs à travailler. Antibes a beaucoup joué et des matchs de haut niveau. On se souviendra aussi de leur victoire contre la N1M de Bagnoles-sur-Cèze en 32es de finale. Et puis, passant de 36 à 48 équipes, le niveau N1M va inévitablement baisser. Ceux qui avaient terminé dans la zone rouge de troisième division se voient maintenus. Et comme déjà évoqué, certains troisièmes de Nationale 2 montent ! Certains observateurs très proches de terrains, avec qui nous avons pu converser, expliquent aussi que bon nombre d'équipes de Nationale 1 sont d'un niveau similaire voir même inférieure à certaines formations de la Poule 6 de Nationale 2, considérée comme la plus forte de France. Et « l'autre monde » dont parlait Petrov en début de papier, ne sera peut-être pas si loin... Mais autre point important à souligner, hormis quelques pépins physiques durant l'hiver pour Sanssouci et un souci au genou pour Lopes durant la trêve de Noël, l'infirmerie de Saint-Claude aura été dépourvue de patient une très grande partie de la saison. Aucune grave blessure de longue durée à souligner. Si ce phénomène pouvait se reproduire à nouveau...

Touboul avait tout vu

Et puis, comment passer sous silence les mots du Capitaine Laurent Touboul, dans les colonnes du site internet de l'OAJLPHB le 28 juillet dernier. Celui qui va débuter en Nationale 1 sa septième saison à Antibes était arrivé au moment de la montée en... Nationale 3. Il savait que le moment était venu même si, à l'époque, personne ne parlait de refonte des championnats et donc du coup de pouce de la FFHB. « L’équipe évolue de saison en saison. On est parti de loin et on se fait une place au fur et a mesure. Etape par étape. Antibes est le club qui peut prétendre à une place intéressante dans le handball masculin azuréen derrière le Cavigal Nice. Pour moi c'est Antibes qui a le meilleur profil dans cette optique ». Bien vu. On soulignera enfin que ce groupe joue - pour beaucoup de garçons - depuis plusieurs saisons ensemble. Autrement dit, il se connaît par cœur dans la victoire mais aussi dans la défaite et le public a eu le temps de s'identifier à lui et de lui octroyer un grosse part de sympathie ce qui sera indispensable à l'occasion de matchs ardus. Des matchs en Nationale 1 que le coach Olivier Inghilleri connaît bien pour y avoir fait monter un temps la réserve Raphaëloise.

En conclusion, narrons Mohamed Maziane qui, à l'approche de ses 39 ans, semble chaque saison de plus en plus fort : élu par ses pairs meilleur gardien de son championnat cette année. La Nationale 1, il l'a connu notamment à Villeneuve-Loubet. Rien ne dit qu'à son arrivée à Antibes en Nationale 3 en 2015, il imaginait retrouver ce niveau. Une cerise sur la gâteau qu'il sera le premier à croquer à pleines dents. Son expérience, comme celle de nombreux garçons à l'instar de Foubert, Denat ou encore Sanssouci sera précieuse. Et face à une Poule composée de membre historiques de la StarLigue, avec les centres de formation de Nîmes, Chambéry ou encore Monpellier, il en faudra. « C'est un autre monde, mais j'ai confiance en mes joueurs. C'est notamment à la maison qu'il faudra faire le plein », confie Petrov à www.magsport06.fr. Notons enfin que le fait savoir apréhender les centres de formation, Antibes sait faire avec cette saison écoulée Saint-Raphaël, Aix ou encore Istres et la saison passée... Nîmes. Vivement que ça commence !

(Crédit photo : René Vinci)

Gardons le contact