Costarella s'arrête

Volley
  • 07/08/2019

L'OAJLPVB n'aura donc passé que deux saisons en Nationale 2 Féminine. Olivier Costarella, usé par une dernière année galère, lui qui avait pris ce groupe en Pré-Nationale, le laisse en Nationale 3 à Nicolas Dran. Le technicien évoque son état d'esprit auprès de www.magsport06.fr. 

« J'ai ressenti le besoin de prendre du recul et de me laisser plus de temps pour la famille. L'idée de trouver un autre entraîneur date déjà de la saison dernière. Il faut régulièrement modifier les modes de fonctionnement pour optimiser la gestion d'un groupe d'où cette démarche dès la saison dernière. Nous recherchions un profil précis d'entraîneur que nous n'avons pas trouvé pour la saison 2018-2019. J'ai donc poursuivi avec plaisir. La saison a été très compliquée, mais à la vue de nos moyens actuels, se maintenir en Nationale 2 est un exploit. Avec l'arrivé de Nicolas et grâce à son dynamisme, un nouveau groupe se construit et va écrire sa propre histoire. Je reste au service du club d'Antibes, en particulier sur les catégories poussins et école de volley. » 

Il faut dire que cette dernière saison aura très compliqué avec une demi-douzaine de joueuses perdues en cours de saison entre les grossesses, les départs, les blessures à répétions et autre blessures plus graves. Les Antiboises ont dû même, une fois, faire forfait. Une seule victoire au compteur. Une galère. Mais, même s'il termine sur une relégation logique, où il n'aura pu lutter, Costerella referme un cycle de nombreuses saisons à la tête des équipes fanions féminines et masculines avec beaucoup de réussites : une montée des garçons en Nationale 3 et un passage des filles de PNF à N2F. La page se referme douloureusement mais presque inévitablement vu le contexte du collectif. 

Pour un nouveau cycle sous la direction de Nicolas Dran, les Antiboises débuteront, pour le plus grand plaisir des supporters, près eux aussi à se lancer dans cette nouvelle aventure, leur saison à Bertone le 6 octobre prochain contre Le Cres. Encore un peu, beaucoup de patience donc...

Gardons le contact