Cagnes vers la N2F

Volley
  • 27/02/2018

En s'imposant le week-end dernier 3 sets à 0 contre Nice lors du derby, Cagnes-sur-Mer s'est rapproché un peu de la montée en Nationale 2, division que le club a déjà connu il y a quelques années ce que soit avec les filles et les garçons.

La situation comptable est simple, à cinq journées de la fin de saison, les Maralpines comptent cinq longueurs d'avance sur Lattes / Montpellier. Les deux formations se sont déjà affrontées, donc plus de possibilité pour les Héraultaises de reprendre trois points d'un coup. Le dernier succès face aux Niçoises permet à Laurent Gastaut et ses filles de repartir de l'avant. Analyse du coach pour www.magsport06.fr. 

« Cette victoire contre le NVB nous fait du bien. On a retrouvé sur ce match un peu plus de constance mentale en terme de concentration et d'agressivité. Donc, logiquement, on a revu une bonne qualité de service et un bloc / défense plus efficace face à une équipe niçoise accrocheuse et valeureuse. C'est avec cette mentalité et du travail que nous pourrons continuer à avancer ensemble positivement. En effet, depuis la reprise de janvier tout est plus compliqué. Chaque week-end nous sommes l'équipe à abattre et il faut être prêt mentalement à affronter cela. Inconsciemment on a peut-être cru que cela allait continuer sur les mêmes bases que la phase aller, la raclée à Lattes nous a rappelé fortement à l'ordre (25-14 25-22 25-18 le 27 janvier ; ndlr). Pour cela, la victoire sur Saint-Raphaël où les filles ont montré une grande force collective a été très importante pour repartir de l’avant. Nous retrouvons petit à petit un bon niveau. Nous nous battons pour la montée, mais ce n'est jamais facile à décrocher. Alors bien-sûr il est plus confortable d’avoir cinq points d’avance mais rien n’est fait. Si cela doit arriver, nous savons que le club nous suit, donc à nous de nous engager à fond et en confiance pour ce sprint final. »

Prochaine échéance le 4 mars prochain à Jules Verne face au Cres, sixième. L'une des formations du milieu de tableau qui n'est pas encore sauvée.

(Crédit photo : USC)

Gardons le contact