Urgence à Valgelata

Basket
Infos pratiques : 
  • 09/10/2018

Coup d'envoi de la quatrième journée de N3F ce dimanche pour Roquebrune à domicile contre Aix-Venelles à 15h30. Valgelata doit enfin rugir grâce à un succès.

Lanterne rouge de Nationale 3 Féminine pour son retour à ce niveau, le RCMB est déjà dans l'urgence. Le coach Weber a besoin de temps pour reconstruire son groupe. Mais le temps...

Depuis plusieurs saisons maintenant, toutes les équipes du 06 qui passent de PNF à Nationale 3 s'y cassent les dents. Vence, Mandelieu ou encore Golfe-Juan.  Alors, beaucoup de regards se tournent vers le RCM au moment où débute le championnat et malheureusement, l'histoire commence à se répéter avec déjà trois défaites en trois journées. Trois revers où Roquebrune n'a jamais passé les 50 points en attaque. Et le temps commence déjà à presser. 

Sur douze équipes, il n'en reste plus que dix. Narbonne et Annemasse ont fait forfait général. Du coup, oui le nombre de descentes en PNF passe de quatre à seulement deux, mais le coach Jean-François Weber reconnaît, peut-être déjà inquiet, que ces deux forfaits retirent à son équipe deux matchs abordables. "Seul point positif, pour le club, cela retire des déplacements lointains, une bonne chose pour les finances."

Débuts des festivités dimanche ?

Les premiers matchs révèlent plusieurs choses. Roquebrune n'est pas encore au point que ce soit individuellement et collectivement. Pourtant, il y a un certain potentiel mais la mayonnaise doit prendre. Au RCM également de trouver son rythme de croisière et de mieux gérer ses matchs sans exploser dans le quatrième quart temps. "Si on bosse beaucoup, on ne pourra que progresser et ça se verra sur le terrain et dans les résultats." Les Maralpines espèrent débloquer leur compteur ce dimanche à Valgelata contre Aix-Venelles qui pour le moment n'a joué qu'un match en raison des forfaits. Un match perdu ! Ce match face à Maylan - La Tronche remonte au... 16 septembre ! Aix n'a plus joué depuis un mois et bien qu'enchaînement les revers, Roquebrune doit capitaliser sur son rythme et sa montée en puissance face à une formation qui est dans le flou.

Pour le RCM, malgré la montée, il ne peut y avoir de continuée positive, pour le moment tout du moins. "Nous avons été obligés de reconstruire toute l'équipe car sur les dix de l'année dernière, deux ont arrêté pour suivre leurs études, deux en raison de leur âge, deux autres sont parties jouer en PNF et une dernière est enceinte." Un simple calcul, il n'en reste plus que trois : Wera Matajova (Poste 3), Amélie Chambaud (Poste 5) et Lysa Weber (Poste 1).

"Nous avons dû essayer de trouver des joueuses à tous les postes, sous peine de ne même pas repartir en Nationale 3, car nos jeunes sont encore trop tendres pour ce niveau." Le coach a pu trouver trois mutées et trois non mutées qu'il qualifie de "bon niveau." Et puis, le travail qui continue avec la formation des cadettes pour essayer de les intégrer petit à petit. "La formation reste notre priorité. Il faut donc repartir à zéro et tout se jouera sur l'humilité des filles et leur capacité à travailler et à progresser."

L'expérience de Justina Lambert

Le coach a ainsi fait venir Clémence Didier, une poste 5 qui faisait partie de la rotation du centre de formation du Cavigal Nice. "Je souhaite en faire une joueuse dominante." Une autre intérieur, Justina Lambert, qui repend le basket à 35 ans après avoir notamment connu la Nationale 2 à Saint-Laurent et enfin Yasmine Noufé, Poste 3, qui jouait au Creusot en PNF. "C'est une joueuse très volontaire et avec un bon potentiel." Ajoutez donc trois non-mutées avec Anaïs Ben Saïd qui revient au club après ses études aux USA. Charlène Coquelin qui sort d'une saison sans jouer et enfin Ameline Crouz qui reprend le basket après l'avoir mis de côté pour se consacrer à ses études. "Au delà des progrès individuels, il faut donc construire non pas un groupe, mais une équipe de basket. Mais je le répète, si on bosse, on a le potentiel pour gagner et ça viendra ! Espérons-le, le plus vite possible !" 

Et il ne faudra pas tarder à débloquer le compteur car avec un championnat qui comprend non plus 22 journées mais seulement 18, le temps va filer très vite et avec de nombreuses trêves dû aux forfaits de Narbonne et Annemasse, les têtes lourdes de défaites risquent de ruminer longtemps. Il y a déjà urgence.

Gardons le contact