Un souffle supplémentaire

Basket
Infos pratiques : 
  • 21/03/2018

S'il y a bien une équipe qui tient les clés de son maintien et du destin des autres, c'est bien le Rousset qui doit encore jouer Aix-les-Bains, Bandol et Monaco.

Saint-Laurent du Var tente de ne pas refermer une page de son histoire : celle de sa présence au niveau Nationale féminin et masculin confondu. Les garçons sont dans le rouge.

Le SLB, déjà privé depuis l'été dernier d'une équipe féminine en Nationale, lutte, désespérément, pour ne pas voir les garçons tomber en Pré-Nationale. Après quatre défaites consécutives, dont de véritables claques, comme le 96 à 49 à Aix-les-Bains ou encore le 94 à 47 à Monaco, les Laurentins sont venus à bout samedi dernier d'une accrocheuse formation de Logues qui, malgré une fausse confortable place de sixième, est encore très loin d'être tirée d'affaire à trois journées de la fin de saison. « C'est une excellente victoire qui fait surtout beaucoup de bien au moral. Les matchs contre Lorgues ont toujours une saveur particulière à la vue du nombre d'anciens Lorguais portant les couleurs de Saint Laurent (Nahon, les frères Monge et Servolle ; ndlr) », explique à www.magsport06.fr le meneur Thomas Nahon. « Il était primordial pour nous d'attaquer ce match avec hargne et envie et c'est ce qu'on a su faire. » Un succès 72 à 70 où le club a mis les petits plats dans les grands à coups de communication sur les réseaux sociaux réclamant – et obtenant – une mobilisation générale. « Il faut saluer le Bureau du club qui a su mettre les bouchées doubles pour cette soirée. »

Il faut rappeler que le SLB n'aurait pas dû se retrouver là aujourd'hui. Certes, trop juste pour jouer un podium, même si ce dernier avec sept défaites actuellement il n'était pas impossible, les blessures sont venus contrarier les plans d'une formation suivie de très près par le maire de la ville, Joseph Segura. Patinier, après plusieurs semaines d'absence, revient tout juste pour le sprint final. Quant à Servolle et Alecu, leur saison est terminée depuis longtemps. « Lors de la phase aller, nous avons eu un bilan encourageant. Puis, nous avons été ralenti dans notre processus de montée en puissance à cause des blessures apparues d'un seul coup. » Ainsi, alors que le SLB était plutôt tranquille avec son infirmerie lors de la phase aller où il a fallu jouer sept matchs à l'extérieur, les blessures sont arrivées alors qu'il y avait sept matchs à jouer... à domicile. Christian Delgado, n'a jamais pu avoir son effectif au complet pour les matchs à André Carton. Et les points qui, pour le moment, manquent pour le maintien sont là, notamment les revers contre Bandol et le Rousset.

Mais c'est un groupe soudé qui continue son chemin vers le maintien. Nahon tient à souligner que les blessés sont là, bien présent, pour les matchs à domicile, mais aussi les entraînements et dès qu'ils le peuvent, les déplacements. « Ces pépins physiques ne les ont pas écarté du groupe. » Et du soutien, il en faudra lors des deux prochains matchs, face à deux formations du podium qui, même si cela tiendrait de l'immense surprise, peuvent toujours mathématiquement terminer champion : Menton, au Careï, puis La Ravoire / Challes, à Carton. « La victoire de Menton face à Venelles laisse de l'espoir à nos futurs adversaires. Ils ne lâcheront rien jusqu'au dernier match. » Et Saint-Laurent non plus. Les Laurentins d'ailleurs, même s'ils s'en seraient bien passés, ont l'expérience de la saison dernière où ils s'étaient sauvés lors de l'ultime journée. L'expérience d'Eric Longin, sorti d'une retraite éclaire, ne sera pas de trop pour s'en sortir. A trois journées du terme du championnat, les Laurentins devront en gagner deux pour se sauver. Difficile, mais pas impossible. Rappelons qu'aujourd'hui, les trois relégables sont trois formations du 06 : Saint-Laurent, Monaco et Cagnes.

Joseph Segura, le maire de Saint-Laurent du Var, a donné le coup d'envoi de la rencontre face à Lorgues.

Gardons le contact