Monaco, suprême local ?

Basket
Infos pratiques : 
  • 26/09/2019

Après avoir été un solide pilier dans la construction du groupe monégasque ces dernières saisons, Hans Bodiang a décidé de prendre du recul et jouera avec la réserve. Côté arrivée, Dovydas Retkus, intérieur, arrive en provenance du Cannet-Rocheville et Karel Paquet fait son retour à la compétition après un an d'arrêt et une saison à Cagnes-sur-Mer.

 

La N3M de Monaco est sur de bons rails. Deux victoires au compteur qui offrent une sérénité indéniable et des certitudes avant de rencontrer les voisins pour un tournant de la saison.

Sur un plan comptable la Nationale 3 de Monaco ne pouvait pas mieux débuter. La saison est lancée ! Deux scores propres et similaires : 68-76 à Unieux et 74-63 sur le Rocher contre Montélimar. Le coach Johann Boscher ne boude pas son plaisir. « C'est le meilleur départ espéré. Les joueurs ont bien retenu les leçons des échecs de la saison passée et de la prépa. Ils sont tous restés concentrés les quatre-vingt premières minutes du championnat. Chacun a apporté dans son rôle. Il s'est surtout développé une alchimie défensive dans l'effort individuel et collectif », explique t-il à www.magsport06.fr. 

« C'est appréciable de voir le groupe s'approprier le jeu et rentrer dans une relation de confiance dans les détails techniques et stratégiques pour être plus performant. Nous n'en sommes pas encore là, mais il y a une volonté collective de dominer le jeu. D'avoir une force de caractère. C'est une avance sur nos concurrents, mais qui ne va pas durer. D'autant que nous sommes encore friables sur certains aspects du jeu. Nous avons joué des équipes solides et ces deux victoires sont de très bons résultats. Dont une sur le plus long déplacement de l’année. » 

Mais le coach sait aussi que pour lui et son groupe, une grosse partie de la saison va se jouer sur un très court terme. Hasard du calendrier il va maintenant enchaîner avec les quatre derbies maralpins : Antibes, Cagnes-sur-Mer, Saint-Laurent du Var et enfin Menton. « Les chaudes ambiances ce n'est pas un problème pour nous. La saison passée nous étions performants à l'extérieur mais pas assez à la maison. Donc ce n'est l’ambiance endiablée du scolaire qui va nous manquer. Par contre on va jouer Antibes et Saint-Laurent pour le bas de tableau et à contrario Cagnes et Menton pour le haut. Une zone de turbulences à gérer se présente. Après six journées une première hiérarchie sera établie mais les cartes peuvent vite être redistribuées. » 

Une chose est certaine, la pression n'est – pour le moment – plus sur les épaules des Monégasques. L'entraîneur évoque un premier objectif de onze victoires à atteindre au plus vite. Deux sont déjà en poche et la trêve de Noël sera instructive pour évoquer des objectifs plus précis même si Boscher lâche des brides. « On veut de la performance et dans cette Poule A si aucun gros ne se détache, tout se joue à très peu en bas et en haut de tableau. » 

La force de Monaco ? Un groupe quasiment identique à la saison passée qui a donc déjà bien dégrossi le travail d'automatisme et du projet de jeu. « Nous avons renforcé nos pertes en restant sur une politique de posséder un grand nombre de joueurs pour palier aux absences et aux blessures. Cela nous donne des conditions favorables pour viser le haut du classement. » Le staff s'appuie ainsi sur un groupe large de quatorze éléments dont deux -18 et deux -20 qui sont issus du groupe -18 Elite. Et pour accélérer la cohésion, le coach a mis de côté la préparation en extérieur pour se concentrer exclusivement sur la salle. 

« On a repris le 19 août et le deal avec les joueurs pour atteindre des objectifs élevés c'est de passer le maximum de temps dans notre volume horaire au travail avec ballon. Comme le basket se suffit à lui-même dans la préparation physique, les joueurs doivent venir mettre une grande intensité aux entraînements et se laisser guider dans les exercices de VMA et explosibilité. On a aussi valorisé un ostéopathe plutôt qu'un préparateur physique. » 

Ce dernier week-end de septembre sans championnat mais avec de la coupe de France contre Senas à domicile samedi soir n'est pas de trop car l'infirmerie n'est pas vide et il va permettre d'avancer en gagnant un peu de temps pour les futurs défis. Il est à constater qu'après avoir montré quelques largesses de concentration en amical et affiché un petit doute sur sa consistance, l'ASM est aujourd'hui en capacité d'affirmer une réelle prétention au top 5. A confirmer lors des confrontations si particulières que sont les derbies. 

Gardons le contact