Pourquoi les Aigles se sont-ils oubliés ?

Autre
H/Glace
Infos pratiques : 

Invaincu est désormais un terme à oublier pour Nice. Après sept victoires, les Aigles sont tombés à Neuilly-sur-Marne au terme d'un scénario dingue. Réaction attendue contre Mulhouse.

Il fallait bien que cela arrive un jour, mais sans doute pas dans ces conditions. Samedi soir, à l'occasion de la huitième journée de Division 1, les Aigles de Nice ont concédé à Neuilly-sur-Marne, leur première défaite de la saison. Rien d’alarmant me direz-vous chez un sérieux concurrent pour le haut de tableau. Sauf que voilà, les hommes de Stan Sutor et Pascal Margerit menaient à la 59e minute 6 buts à 4. Mais les locaux, d'une façon improbable, vont marquer aux 59'08" et 59'54". Sur un dernier palet, une ultime fusée, Simon Tramblay égalise. La suite ? Neuilly va marquer en prolongation pour s'imposer donc 7 à 6. 

Lucide et avec beaucoup de franchise, Margerit évoque, pour www.magsport06.fr, ce qui rassemble à une faute professionnelle. "Je pense qu'il y a eu un relâchement inconscient car en ce moment tout nous réussissait donc les gars ont surement pensé, à tort, que le match était plié. Seulement, en finissant en infériorité numérique fasse à une équipe qui a bien géré ses power-play, le match était loin d’être terminé. Il y a surement une leçon à tirer de tout cela." Mais ce relâchement n'était pas le premier dans le match. En effet, alors que le score était toujours vierge, Neuilly va ouvrir le score par Arthur Cuzin à la 19'54". Soit donc six secondes avant la fin du premier tiers temps. "Déjà là s'oublie sur un repli défensif dans les dernières secondes et on le paye cash. On a manqué de métier sur les temps forts où on a péché par orgueil. C'est l'analyse que nous devrons faire ce soir avec les joueurs pour que cela n'arrive plus."

Alors certes, puisque ce n'est qu'une première défaite en huit journées, Nice est toujours leader avec un matelas d'avance car Cholet, deuxième à deux points, compte un match en plus au compteur. Mais avec trois points contre Neuilly, loin de nous l'idée de dire que le championnat aurait déjà été plié, mais tout de même, la marge aurait été bien plus importante et confortable. "On a du mal à relativiser (Avec la place de leader ; ndlr) cette défaite car le scénario est frustrant. On avait le match en main et on l'a laissé filer en comptant un peu trop sur notre gardien pour tenir la baraque jusqu'au bout. Il faut que tout le monde reste mobilisé jusqu'à la sirène finale."

Maigre consolation, même en perdant, Nice avance un peu, avec un point, que le règlement accorde pour une défaite en prolongation. Mais samedi, avec la réception à Jean-Bouin de Mulhouse, inutile de dire que les Niçois ont l'interdiction de tels relâchements. Mulhouse, l'un des favoris pour le titre, n'est qu'à trois points de Nice. Beaucoup et si peu à la fois. "On attend de pied ferme Mulhouse qui est aussi un des favoris pour rebondir et montrer que ce n’était qu'un accident de parcours et que nous sommes aussi capables de jouer et gagner contre les grosses écuries. Le mois de novembre va nous apprendre beaucoup de choses sur notre forme et la position de notre équipe en championnat. Si nous restons premier jusqu'à la fin du mois, on pourra voir l'avenir avec ambition."

(Crédit photo : Nice Hockey Côte d'Azur)

Gardons le contact